Avertir le modérateur

21/04/2009

Au Revoir Simone, nuit de rêve

Au Revoir Simone.jpg

Au Revoir Simone – Still night, still light (J'AIME : Passionnément)

Il y a des artistes dont on tombe amoureux à la première écoute. Une petite musique qui s’impose à vous comme la plus simple des évidences. Une alchimie rêvée qui s’agrippe à votre esprit pour ne plus le lâcher. La pop d’Au Revoir Simone me fait ce drôle d’effet là. Pour ne rien gâcher les trois Américaines ont toujours eu une science pointue des titres. Après l’E.P. « Verses of comfort, assurance and salvation » et leur premier album « The Bird of music », voici aujourd’hui leur deuxième essai au long très joliment intitulé « Still Night, still Light ».

Un programme que le trio semble appliquer à la lettre tant le disque alterne d’un côté de langoureuses ballades éthérées et de l’autre des morceaux dopés par des rythmiques presque dansantes déployées à toute vitesse. Quelque soit le résultat final, l’instrumentation, elle, ne varie guère. Les douze titres de l’album sont composés à partir de la superposition de boucles répétitives réalisées sur de vieux synthétiseurs et de boites à rythme. Une omniprésence des machines qui ne présage en rien de la douceur des mélodies, encore allégées par les tendres harmonies vocales des trois jeunes femmes.

De poignantes tranches de vie

Les thématiques chères au groupe, elle, non plus n’ont pas changé. Comme sur leurs disques précédents, joie et mélancolie vont main dans la main, si bien qu’on ne sait pas toujours à l’écoute des morceaux s’il faut se réjouir ou bien pleurer. Quand sur le titre « Knight of wands », le refrain répète à l’infini « Oh Joy, I can see you / It’s all I want », c’est sur un ton distancé, presque froid. A l’inverse, c’est avec tendresse que les trois chanteuses envoient un mot de rupture à un compagnon un peu trop amoureux (« The Last One »).

« Still night, still light » regorge ainsi de grandes déclarations («I could’ve never imagined that kiss / love is this » sur « We are Here ») et de petits récits poignants depuis la rencontre passionnée de deux amants qui filent vers leur première nuit ensemble (« Trace a line ») à la lente érosion d’une relation racontée par le défilement des saisons (« Organized scenery »). L’album recèle surtout avec « All or Nothing » et son refrain tout en envolées un morceau incroyablement entêtant, parfaite expression d’une fragile euphorie amoureuse comme hantée par la douleur. Beau à vous fendre le cœur.

Kid B

16:18 Publié dans pop | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : au revoir simone

Commentaires

j'aime bien l'album, mais en même temps ça ressemble trop au précédent, j'aurais aimé un peu plus d'évolution dans leur musique. Ca reste très sympa mais c'est moins surprenant.
bravo pour tes chroniques !

Écrit par : benoit | 24/04/2009

C'est vrai que sur pas mal de morceaux, le style est assez proche. Un peu moins planant, un peu plus dansant. Après je trouve celui-là moins inégal que le précédent.

Écrit par : KidB | 24/04/2009

e guère. Les douze titres de l’album sont composés à partir de la super

Écrit par : bag supplier | 13/03/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu