Avertir le modérateur

30/04/2009

Hangmas, Death Party

Hangmas.jpg

Hangmas – Funeral Party Budapest (J'AIME : Passionnément)

Pour un public européen, la Hongrie sur une carte rock, c'est avant tout le Sziget festival qui se tient chaque été depuis seize années sur une petite île au cœur de Budapest. Aucun groupe n'a vraiment su pour l'heure dépasser les frontières et dans le cas des rockeurs d'Hangmas, on est en droit de trouver ça sacrément dommage. Le sextet a sorti fin 2007 un splendide premier album joliment intitulé « Funeral Party Budapest », dont on a beaucoup de mal à se lasser depuis sa découverte aux dernières Transmusicales de Rennes.

Au menu : une très efficace remise au goût du jour d'un son new wave début années 1980 qui rappelle sur plusieurs morceaux Joy Division. La batterie, mixée très en avant, tient un rythme de machine, pendant qu'un synthé et deux guitares tentent de suivre la cadence. Le tout saupoudré de quelques gimmicks électroniques et d'une voix grave au phrasé tantôt traînant tantôt écorché qui débite des textes en anglais et en hongrois.

Crise de la modernité

Ce n'est pas l'Angleterre mais on s'y croirait presque. A l'écoute des dix morceaux du disque, on se voit déambulant dans une grande métropole moderne déshumanisée par la crise industrielle et l'afflux de technologies modernes. « Nicotine, cofeine, metro, junk food, monitor, control, non stop, feeling good » répète inlassablement le refrain du titre « Veronika mag akar halni » alors que le narrateur d'« Alone in the office », lui, est attaqué par un virus qui efface tous les souvenirs de son esprit. « We are so modern » clame ainsi avec beaucoup d'ironie le titre d'ouverture qui pourrait servir d'hymne frondeur à toute une génération à la fois hargneuse et désabusée.

Seule lumière dans cet univers, l'énergie de la danse qui contrebalance toute la noirceur avec un doux sentiment d'euphorie. On sent ici un bouillonnement de vie qui ne demande qu'à s'exprimer. A nouveau la fête est l'ultime repoussoir de la mort qui nous guette tous. « Funeral Party Budapest / Come on, come on, come on, let's dance / Funeral Party Budapest / Kiss me goodbye before I collapse » chante le groupe sur l'excellent morceau qui donne son nom à l'album. Pas question de rater un tel enterrement.

Kid B

Funeral Party Budapest :


We Are Modern :

15:08 Publié dans rock | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hangmas

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu