Avertir le modérateur

05/05/2009

Belone Quartet, délices de l'apocalypse

Belone.jpg

Belone Quartet – 1802 (J'AIME : Beaucoup)

Brouiller les pistes. Belone Quartet n'a vraiment rien du quartet de jazz d'un certain Belone. C'est en réalité un duo pratiquant une musique toute droit sortie des ténèbres, aux confins du rock et de l'électronique. Et si leur nouvel album est intitulé « 1802 », il lorgne davantage vers la modernité d'une production très travaillée que vers le classicisme du passé. Placé en cinquième position sur le disque, le titre éponyme ne dure d'ailleurs qu'une vingtaines de secondes, avec ses bips électroniques et sa rythmique évanescente.

Parfaite bande son de l'apocalypse, le musique de la formation nantaise a le goût des guitares bourdonnantes et des rythmiques dures. Difficile d'imaginer qu'elle n'a été composée qu'à quatre mains tant les couches de sons s'empilent, laissant la place à une instrumentation mouvante. Ainsi, sur le titre d'ouverture « Even if the field, the rivers and the places », la mélodie au synthé s'accompagne progressivement d'une première ligne de guitares, suivie d'une deuxième plus claire avant la mise en place d'une deuxième rythmique.

Une voix d'outre-tombe

Sur « The Cure », c'est une voix seule qui accueille l'auditeur. Très grave avec un phrasé proche du parlé, elle est un des ressorts clés de Belone Quartet, utilisée en contraste avec celle de son acolyte. Comme venue d'outre-tombe, elle nous ramène aux voix profondes d'un Stuart Staples des Tindersticks ou d'un Kurt Wagner de Lambchop. Bref, ce qui se fait de mieux dans la déprime sauf qu'ici peu de place aux temps morts. Les Nantais donnent du rythme à la désolation à l'image d'un « All The Beauties » presque calibré pour les pistes de danse.

Au final, les treize morceaux nous emmènent dans un univers ambigu qui aime souffler le chaud comme le froid. « Dying is living » semble nous crier à la gueule le titre « I send you some flowers ». Belone Quartet cultive avec passion un goût immodéré de l'indécision. « This the way I want to die. This is the way I don’t want to », se plait-t-il à clamer sur « The wWay I want to die ». Cet enfer a l'attrait du paradis.

Kid B

Even if the field, the rivers and the places :

All the Beauties :

17:53 Publié dans rock | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belone quartet

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu