Avertir le modérateur

29/06/2009

Gossip fait grand bruit

Gossip.jpeg

Gossip – Music for men (J'AIME : Passionnément)

« Music for men », quatrième album studio du combo américain Gossip, ne figurera peut-être pas dans tous les palmarès des meilleurs disques de l’année, mais il mériterait au moins d’être récompensé pour son artwork. La pochette du successeur de « Standing in the way of control » est en tout cas une des plus réussies que l’on ait vu depuis janvier, parfait reflet d’une œuvre qui tente d’insuffler un peu d’altérité dans un univers pop mainstream plutôt conservateur. Car Gossip a décidé cette fois d’avancer masqué, à l’image du titre « Music For Men » à prendre avec beaucoup d’ironie.

Côté musique, la formule n’a pas beaucoup changé mais la production de Rick Rubin révolutionne le son de Gossip en douceur. La voix de l’icône Beth Ditto est toujours là au premier plan, se jouant allégrement d’effets de vocalises, mais derrière l’instrumentation se fait plus minimaliste et compacte. La basse s’accompagne sur plusieurs morceaux de mélodies aux synthés et de riffs de guitares. Rick Rubin a également choisi de soigner les rythmiques, des percussions et boite à rythme renforçant par moments la batterie métronomique d’Hannah. Malgré deux-trois titres bruts de décoffrage, « Music For Men » tend vers une pop électronique énergique, propice à la danse.

Déchirements intimes

Moins abrasif, ce nouvel album reste toutefois fidèle au message de révolte porté par « Standing in the way of the world ». Beth Ditto prône ici une nouvelle fois la nécessité de rester soi-même contre tous les conservatismes de la société. « I make the right mistakes / and I say what I mean », chante-t-elle sur « Spare me from the mold » là où en ouverture « Dimestore Diamond » fait l’éloge d’une pauvre femme de la rue. Avec un certain sens de la provocation, Beth Ditto place le refrain « Men in love / With each other » sur un titre pop traitant d’une relation amoureuse naissante que l’on pourrait croire écrite du point de vue d’une femme.

Mais plutôt que de s’en prendre au monde entier, « Music for Men » se concentre essentiellement sur la sphère intime. L’amour occupe une très large portion de l’album, un peu pour le meilleur (« Heavy Cross », « Vertical Rhythm ») et beaucoup pour le pire. « Love is for leaving / O is for on time / V is for the voicies warning me I’ll lose my mind / E is for the ending. The unhappy ending of the four letter word » (« Four letter word ») résume bien l’esprit général de « Long Love Distance » et surtout de l’enchaînement « For Keeps », « 2012 » et « Love and let love » qui développent toutes une même vision désabusée des relations. Il n’est pas toujours facile de concilier l’appel de la liberté et la nécessité de rester proches de ceux que l’on aime. Il n’est pas toujours facile d’être une rock star.

KidB

Heavy Cross :

Pop Goes the World :

16:24 Publié dans Electro, pop, rock | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : gossip

Commentaires

Un Gossip plus sophistiqué et plus festif (même dans la doulerur). Une super pochette. J'ai hâte d'écouter les remix.

Écrit par : Lil joe | 29/06/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu