Avertir le modérateur

18/10/2009

Noirs Desire

ii-desire.jpg

Desire – II (J'AIME : Passionnément)

Il y a des disques que l’on aime avant même de les avoir écoutés. C’est le cas pour moi des productions du label Italians do it better. Très peu distribués, ces albums à la simple pochette cartonnée sous papier plastique se présentent comme de petits trésors à dénicher. Après quelques semaines de recherche pas très intense, j’ai enfin pu mettre la main sur « II » de Desire, successeur 2009 des révélations Chromatics et Glass Candy.

On retrouve une nouvelle fois ici le génie de Johnny Jewel à la baguette. L’Américain reste fidèle à son esthétique entre disco minimaliste et expérimentations no wave à base de boucles de synthés, de rythmiques électroniques et de lignes de guitares dures et sèches. Plusieurs titres s’accompagnent en plus d’arrangements de cordes ou de solos de saxophones qui les portent littéralement vers des cieux toujours plus déchirants.

Une obsession pop

Mais la vraie star de Desire, c’est la chanteuse Megan Louise. La Canadienne sait parfaitement se jouer du chaud et du froid entre aspiration romantique et dépitement. Avec ses intonations douces et rêveuses, elle fait un peu penser aux filles d’Au Revoir Simone. Notamment sur le très beau « Dans mes rêves » et ses couches de voix superposées. Plus insolite, avec « Oxygène », elle reprend en français un morceau signé du parolier Luc Plamondon (« Starmania », Diane Tell, Diane Dufresne, Garou...). Et même là le résultat est plus que réussi.

D’obédience presque pop, « II » clairement marqué par la nuit. S’ouvrant et se renfermant sur des applaudissements, l’album prend des airs de faux concert durant lequel Megan s’épanche sur ses obsessions amoureuses : « I don’t eat / I don’t sleep / I do nothing but think of you » (« Under your spell ») ou « I can dream about you / if I can’t hold you tonight / I’ll lay awake / all night long » (« If I can’t hold you »). Du dansant « Miroir Miroir » au léger « Colorless Sky » en passant par l’envoûtant « Don’t call », le disque dépeint une suite ininterrompue de désirs inassouvis et de rêves mis à mal par le réel. « Show me your heart and I’ll show you my blood ».

KidB

Miroir Miroir

Under your spell

If I can't hold you :

17:38 Publié dans Electro | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : desire, johnny jewel

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu