Avertir le modérateur

05/07/2010

Eurockéennes : Yeah Yeah Yeah !

lcd_lowlands.jpg

Ce dimanche, je commence ma journée à l’espace presse par une interview de The Drums. Le groupe est détendu, Tout comme Julian Casablancas qui se laisse prendre en photo avec des fans. Feuilleton du début de journée, la conférence de presse de Mika sans cesse repoussée de 18 h à 20h15. Premier concert donc The Drums sur la grande scène. Il est drôle de voir à quel point le jeune groupe américain semble indifférent à son style, enchaînant sur scène les poses qui ne ressemblent à rien. A leur image, leur pop a à la fois un côté bancal et séduisant. Le son est fort, les mélodies s’enchaînent et Let’s go surfing agite un peu la foule. Puis le groupe s’arrêtera d’un coup, quittant la scène comme il était venu, après un set un peu court.

Retour à l’espace presse, finalisation de mon papier sur les labellisés Kitsuné. J’apprends que le set de The Specials la veille au soir était apparemment bien raté. Grosse ambiance à l’inverse pour Sexy Sushi. Bon c’est décidé, l’an prochain, je ramène mon clone. Je file ensuite attendre Julian Casablancas sur la grande scène. Moi qui n’ai jamais vu les Strokes en concert. Malgré quelques problèmes de gorge, l’Américain donne un concert très réussi mêlant ses propres compositions à celles des Strokes. Casablancas bénéficie du soutien d’un large groupe de musiciens bien rodés. Et de la variété de style des morceaux. Le son est puissant. Je m’excite sur « Automatic Stop » en ouverture, River of Brakelights »… Le public est jeune. Mo, j’avais 20 ans en 2001 pour le premier album des Strokes. Là aussi, Casablancas ne s’éternise pas sur scène. On crie au rappel en vain.

Viens ensuite le grand moment attendu : revoir LCD Soundsystem auteur il y a quelques années d’un concert vraiment mémorable pour moi en clôture de la Garden Nef Party à Angoulême. Si son set cette année n’atteindra pas ce niveau d’excellence, il s’en approchera quand même sacrément. Cette heure passée sous le chapiteau reste pour moi le meilleur concert des trois jours. Incroyable puissance du groove, un rare sens de la durée avec toujours cette manière de répéter les motifs à l’infini insufflant peu à peu plus d’intensité dans la voix, l’instrumentation. La foule est galvanisée. Nous voilà pris dans la transe conclut par une énorme version encore de son titre « Yeah ». Yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah, yeah...Totalement jouissif.

Mika très relax

Je me fais un peu désirer auprès de la tête d’affiche Mika en allant d’abord faire un petit tour du côté des Français de Gablé. Leurs performances bricolo-humoristico-rock séduisent toujours autant passant à la moulinette l’amour, la mort. Les adeptes sont conquis. J’aperçois ensuite très brièvement le chanteur de Wovenhand assis sur sa chaise sur la scène de la plage. Son folk habité donne envie de rester un peu plus, mais cette journée est quand même une bonne occasion de se confronter au phénomène Mika. Sans regret tellement son show pop est réjouissant. Décor coloré (des arbres, des plantes, une tête de mort…), personnages déguisés… le chanteur donne littéralement vie à son univers enfantin. Surtout, Mika se révèle un performer hors pair sans cesse entrain de se donner à fond pour mieux partager ses petites histoires avec le public. Les mélodies pop sont à l’avenant et si quelques excès de guimauve sont un peu difficile à digérer à la fin et son tube « Relax » ne reste plus qu’une envie : s’amuser avec lui.

sors beaucoup moins convaincu d’une demi-heure de concert d’Empire of the Sun. Les aspects les plus mélodiques du groupe sont estompés par des rythmiques grossières et un son très métallique. Si une équipe de danseurs aux tenues futuristes assure le show, les machines ont finalement trop pris le pas sur l’humain pour me toucher. Un peu tout l’inverse de l’aspect chaleureux des concerts de James Murphy. Quitte à entendre chanter les machines, autant aller écouter les Fuck Buttons qui livrent un set totalement fascinant de musique vrilllée à base d’effets de distorsions et de rythmiques cassées. Une musique, inventive, libre, dont on suit le moindre battement pour se laisser emporter dans la transe. Un autre beau moment de ses Eurockéennes.

Pour conclure ces trois jours, on commence par faire un tour du côté de Massive Attack et leur belle musique à la fois dépouillée et sensuelle. Celle-ci allie textures électroniques et instrumentations rock pour un résultat touchant et sombre, témoin du combat de ce qu’il reste d’humain contre l’aliénation qui nous guette. Derrière le groupe, des mots sont projetés sur l’écran géant. Cicatrices, peur… Comme une fenêtre passionnante sur le monde qui nous entoure. Beaucoup plus binaires, les Bloody Beetroots mettent le feu au même moment en passant de plages mélodiques à un déchainement sonore permettant aux festivaliers de lâcher l’énergie qui leur reste. Chaque nouvelle montée est attendue avec l’envie de tout donner. Je danse doucement au bord de la scène. Temps de partir. Rock’n’roll.
KidB

Commentaires

Je suis tombée sur ton blog un peu par hasard, à la recherche de quelques vidéos des Eurockéennes de ce Dimanche ; parce que oui j'y étais, et oui j'ai aimé

Concernant la prestation de Julian Casablancas, excuse moi mais je ne suis pas d'accord avec toi ... Ses ''quelques problèmes de gorge" m'ont cassé les oreilles, je ne doutais pas de son aptitude a tenir ses longues notes jusqu'à présent mais ... mais ... voilà ca coinçait et il faut le dire.
Bon j'avoue j'aurais du me placer autre part, j'étais devant mais entourée d'un public composé d'adolescentes pleines d'hormones au travail alors mes oreilles, mes pieds, et mon corps tout entier ont pris beaucoup pour pas grand chose ... Cette merveilleuse voix, capable de passer de l'aigu au grave ainsi que par des sonorités incroyables, celle qui me faisait vibrer m'a littéralement déçue
Evidemment je passe outre cette sortie plus que lamentable, irrespectueuse vis à vis du public ... un aurevoir posé aurait été plus agréable qu'un "bye see u" lancé avant un sprint mémorable vers les coulisses

Concernant LCD Soundsystem, c'est également ce que j'ai préféré. Une énergie incroyable, un chanteur surexcité, des musiciens excellents, des éclairages a en devenir dingue, une ambiance à en faire réveiller les morts ; ce fut un coktail explosif !

Mika, oui j'ai trainé des pieds, pas trop ma tasse de thé à vrai dire. Mais bon sang quelle agréable surprise.
C'est toujours agréable de voir un artiste aussi souriant, une petite mise en scène sympathique, des arrangements plutôt cools, un décor et des figurants ! Quel belle prestation de sa part ... Prestation qu'il a eu du plaisir a faire durer quand il a appris qu'il lui était possible de rester encore quelques minutes sur scène.

Après cela j'étais en joie d'aller voir Empire Of The Sun ... Que j'ai apprécié ... les 10 premières minutes ; oui parce que honnetement pas trop de surprise, et je me suis étonnée de me voir décrocher du concert

Concernant Bloody, la plage était peut être un peu petite pour ce groupe qui monte en puissance. Je connaissais, mais en live j'avoue que j'ai été littéralement emballée, au bord de la crise cardiaque
Malheureusement je n'suis pas restée jusqu'au bout car étant une fille pas très grande et assez menue, difficile de resister aux mouvements de foules, aux pogos et autres extravagances du public mais j'ai pris du plaisir a lever mon bras en l'air, a remuer la tête, tous ces mouvements dignes d'une festivalière

Voilà mon avis, bon après bien sur qu'il n'est pas digne d'une experte musicale mais je reste une amoureuse de la musique et je pense qu'il faut malgré tout parler de tout, de l'ambiance, du public, du lieu ...
Sinon très jolie découverte concernant ce blog :) Bonne continuation

Écrit par : Mélissa | 06/07/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu