Avertir le modérateur

28/09/2010

Un clip, un jour #200 (Duck Sauce)

Duck Sauce - Barbra Streisand

La bombe devrait faire danser tout l'automne en attendant l'hiver. Duck Sauce, le combo formé des producteurs A-Trak et Armand van Helden, nous balance le titre qui tue avec "Barbra Streisand" et son gimmick électro tout en choeurs qui nous reste des heures dans la tête. Surtout, le clip signé So-Me rassemble un casting de stars des plus impressionnants de Kanye West à Pharrell Williams en passant par Questlove de The Roots, Ezra Koenig de Vampire Weekend, Santigold, Diplo ou Chromeo. Allez, tous en piste.

KidB

27/09/2010

Katerine, le délire, c'est son dada

katerine_philippekaterine.jpg

Katerine - Philippe Katerine

Comment tu t’appelles ? Philippe. Comment tu t’appelles ? Philippe. Comment tu t’appelles ? Philippe. Comment tu t’appelles ? Ta gueule. Vas-y mets ta moustache. Ha, ha, ha, ha, ha, ho, ho. Enlève ta moustache. A toi. A toi. A toi. A toi. Tu parles. Bla bla bla. Bla bla bla. Bla bla bla. Je me sens bien, je me sens mal. Je me sens mal, je me sens bien. Je me sens comme un sac en plastique. Qui vole au vent. Place de la république. Un lundi de septembre. A 18h30. Les voitures n’avancent pas. Le soleil a mis son pyjama rouge.

Non, je ne veux plus jamais travailler. Plutôt crever. Non je n’irai plus jamais au supermarché. Plutôt crever. Plutôt crever que de me lever parce que vous me le demandez. Plutôt crever. Et moi j’ai plus de batterie et je ne sais pas où je suis. Putain de téléphone. Quand on se dit fuck, au fond qu’est-ce qu’on veut ? Au fond qu’est-ce qu’on cherche ? Mais qu’est-ce qu’on attend ? Des bisous, des bisous, des bisous. Des bisous, des bisous, des bisous.

Si je peux vous donner un conseil, faites du velib’ la nuit. Sous ecstasy. Et vous verrez comme moi les voitures qui dorment, les pavés qui dorment, les abribus qui dorment. Tout le monde au dodo et moi sur mon vélo. Et on se dira que le Louvre essaie de faire peur à la Pyramide alors que c’est la Pyramide qui fait peur au Louvre. La Pyramide ne se reflète pas dans le Louvre alors que le Louvre se reflète dans la Pyramide. Personne ne veut se voir tout le temps dans un miroir.

C’est a. C’est affreux. C’est affreux j’ai rêvé. C’est affreux j’ai rêvé que je suçais Johnny. Les disques de la Motown, Pet sounds de Brian Wilson, le Chet Baker que l’on connaissait par cœur. Dis leur au revoir. La petite flute de Mozart, tu la joueras de mémoire. Bye Bye. Bye bye, ma vieille chaîne. Si mineur. La majeur. Mais je ne connais pas le nom de cet accord non plus, ni celui-là. Bla bla bla. Michael Jackson, vivant. Marcel Duchamp, vivant. Tarantino, pas mort. Pharell, pas mort.

Hello I’m the queen of kingdom and I am shitting in your face.  Bonjour, je suis la Reine d'Angleterre et je vous chie à la raie. Juifs. Arabes. Arabes. Juifs. Ensemble. Juifs. Arabes. Ensemble. Liberté (mon cul). Egalité (mon cul). Fraternité (mon cul). Dans la vie on est accroché à notre brin de blé au milieu d’un très grand champ de blé et c’est quand il y a du vent ou une bourrasque ou un orage qu’on touche les autres brins de blés autour. Merci. Merci. Merci. Merci.

KidB

11:55 Publié dans Chanson, pop | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : katerine

23/09/2010

!!! a le chic chic chic pour faire danser

strange.jpg

!!! - Strange weather isn't it ?

Il est minuit. La fête bat son plein. Les !!! sont à fond, déversant leur groove infernal sur la foule qui en redemande. Encore et encore. Partout, les gens se bougent, portés par de superbes lignes de basse, les guitares enivrantes du groupe, les rythmiques répétitives et la voix chaleureuse du chanteur. Punk funk, maestro.

Un homme est assis seul dans un coin, un écouteur à l’oreille. AM/FM. Il est branché sur la radio. Une femme le rejoint : « Tu n’es encore qu’un garçon. Tu as encore beaucoup à apprendre », lui dit-elle avant de repartir. Lui se décompose. Comme en écho à sa douleur, le groupe chante : « You'll find the heartache is hard to hide / When the blade's so deep in your back / It comes out the other side ».

Transe, rêve, ennui

De l’autre côté de la pièce, un homme est au bar, noyant sa solitude dans l’alcool. Pas loin, une drôle de conversation prend forme : « Je ne vois pas pourquoi les rêves seraient restreints à leur monde. » Le couple s’embrasse, le groove repart encore plus fort. Bientôt suivi par une envolée de cuivres. La piste est chauffée à blanc. « If the kids love it then I would bet it / That the beat goes on. »

A l’entrée, une femme en tailleur s’ennuie ferme. « What’s the harm in getting a little confortable ?, semble ironiser le chanteur. Jump back. There’s time enough for dying later. » Un homme se rapproche, l’invite à danser. Elle refuse. « And please don’t think we’re friends. » Pas loin, la foule est en transe. Le groupe lâche ses dernières forces dans la bataille. « Don’t stop / Come on. » Plus rien n’arrêtera la fête.

KidB

13:34 Publié dans Electro, pop, rock | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : !!!

20/09/2010

Un clip, un jour #199 (OK GO)

OK Go - White Knuckles

Si l'on peut compter sur OK Go pour une chose, c'est le sens de l'humour et des vidéos virales (Oui, les tapis de gym, c'était eux). Voici donc le nouveau single du groupe américain, "White Knuckles" avec des sortes de poubelles blanches, ses chaises tournantes et ses chiens acrobates. Même le morceau est plutôt bien foutu. On dit wouaf !

KidB

22:31 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : ok go

18/09/2010

Un clip, un jour #198 (Plan B)

Plan B - The Recluse

Le rappeur britannique devenu soul man, Plan B, continue de disseminer les morceaux de son brillant deuxième album, "The Defamation of Strickland Banks". Le titre "The Recluse" fascine justement avec ses arrangements de cordes et sa rupture centrale entre soul et rap. Plan B y fait preuve de l'étendue de son univers et de son talent. A suivre donc.

KidB

09:04 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : plan b

17/09/2010

Zola Jesus porte bien sa croix

ZolaJesus-StridulumII.jpg

Zola Jesus - Stridulum II

Vous voilà mort. D’étranges voix se font entendre. Autour de vous, tout est noir. Vous ne voyez plus rien. Très vite une voix féminine se fait plus précise, accompagnée d’un son de synthé et de rythmiques électroniques. Elle vous parle : « Don’t be afraid / Don’t be alarmed / In the end of the night / You’re in my arms. » Vous frissonnez. Cette voix, c’est celle de Zola Jesus. Elle vous implore de la rejoindre. Pleine d’émotion. Vous avez peur. Vous êtes touché. Bienvenue dans l’univers sombre de « Stridulum II ».

Vous progressez dans une ambiance lugubre. Zola Jesus ne vous lâche pas d’une semelle, avec sa belle voix grave. « I’ll be here / I told you trust me », vous dit-elle. Vous hésitez déjà à succomber. « It’s not easy to fall in love », ajoute-t-elle, pleine d’emphase. Les paysages se succèdent autour du vous. Tous aussi décharnés. Tous aussi blêmes. Zola Jesus parle à votre âme : « It’s good for your soul. »

Voix fantomatiques

Peu à peu acclimaté à l’endroit, il ne vous reste plus que la détresse de Zola Jesus, qui vient vous frapper au visage. Comme nue. « Run me out again », répète-t-elle à l’envie, entourée d’étranges voix fantomatiques. Son cri de secours monte doucement, vers le ciel. Avant de retomber. « You’ve got a get me out ». Vous en pleureriez presque, si vous n’étiez pas mort. « And it feels like I’m the only one ».

Puis le miracle a lieu. L’obscurité se dissipe peu à peu sur la fin. La lumière vous réchauffe, matérialisée jusqu’à quelques notes piano. Tout autour de vous semble reprendre des couleurs. Vous faites face à la mer. La voix de Zola Jesus se fait alors plus aérienne. Presque comme un ange. « You’re lost », prévient-elle. Peut-être. Mais rendu à la vie.

KidB

13:04 Publié dans Electro, pop | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : zola jesus

15/09/2010

Un clip, un jour #197 (Neil Young)

Neil Young - Angry World

Papy Neil nous prépare un album électrique produit par Daniel Lanois pour la fin du mois. Voici déjà en vidéo un premier extrait de "Le Noise" intitulé "Angry World". Preuve que le rockeur n'a rien perdu de sa rage coincé dans son univers noir et blanc.

KidB

14/09/2010

Un clip, un jour #196 (The Ting Tings)

The Ting Tings - Hands

"Clap your hands, if you're working too hard." Le premier single du deuxième album des Ting Tings promet déjà de faire un carton avec sa mélodie entêtante et son refrain à reprendre à tue-tête. Les synthés ont donc pris le pas sur les guitares. Rendez-vous à l'automne sur les dancefloor après la sortie du disque.

KidB

Magic Kids ont plus d'un tour dans leur sac

magic-kids-memphis-cover1.jpg

Magic Kids - Memphis

Bienvenue messieurs dames sous le chapiteau des jeunes talents de Magic Kids. Ils vous présenteront, aujourd’hui, leur tout premier spectacle « Memphis », venu directement du Tennessee. Au programme, onze numéros enjoués appris directement auprès des plus grands maîtres du cirque pop moderne, des Beach Boys aux Beatles en passant par Grandaddy. Le tout marqué du sceau de l’été, du soleil et des vacances.

La démonstration commence fort avec un étonnant tour de passe-passe utilisant un téléphone. Il y est question d’un jeune ado qui a perdu sa douce. Il attend son appel. Le numéro est des plus classiques donc, mais exécuté avec un extraordinaire entrain juvénile. Tout y passe à toute vitesse : arrangements de cordes, guitare acoustique, cuivres. La tristesse initiale s’efface derrière un optimisme indécrottable. La vie nous appartient. Et l’été se poursuit ainsi en vignettes de trois minutes.

La femme coupée en deux

Chœurs, chant romantique, rythmique rapide… Les Magic Kids nous jouent le fameux coup de la femme coupée en deux, la moitié légère, volant tranquillement dans les airs, l’autre, dansante, les deux pieds bien sur terre. On y croirait tellement ça a l’air vrai. Les Américains nous tireraient presque des larmes sur « Hideout », après avoir sorti de leur chapeau un détonant clavier sur un « Superball ». Mais The show must go on avec la pièce maîtresse, placée en milieu de programme. « Hey Boy » nous ramène cinquante années en arrière à un âge où la pop était encore pleine d’insouciance et où les groupes s’époumonaient à chanteur à plusieurs. On croirait voir la plage apparaître devant nos yeux ébahis.

Le spectacle se termine ensuite d’une même note magique. Un skate nous amène à toute berzingue faire de la voile au son d’une petite radio rouge. Garçons et filles chantent ensemble. C’est le bonheur. On ne voit pas le temps passer mais il faut déjà se séparer. Le dernier numéro s’appelle d’ailleurs « Cry with me baby » car il y est « time to say goodbay ». Un final en forme d’apothéose entrainante. Tellement rapide une nouvelle fois qu’il ferait sécher n’importe quelle larme. Merci les kids.

KidB

 

13:36 Publié dans pop | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : magic kids

13/09/2010

Un clip, un jour #195 (The Hundred in the hands)

The Hundred in the Hands - Pigeons

Préparez vous à la sortie dans deux semaines d'un des albums les plus canons de l'automne. Il est l'oeuvre du duo new-yorkais The Hundred in the hands et leur rock sexy variant à l'envie les BPM. Ici, l'accrocheur "Pigeons". Explosif.

KidB 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu