Avertir le modérateur

06/01/2013

Top album 2012 : 6-10

 

Cloud-Nothings-Attack-on-Memory.jpg6 : Cloud Nothings
- Attack on Memory


La formule est basique, mais d'une efficacité redoutable. Le rock rentre dedans de Cloud Nothings est chanté avec une telle verve et joué avec une telle ferveur qu'il dévaste tout sur son passage. Ici, tout semble inspiré, mélodique, sincère, avec l'aide de la production resserrée de Steve Albini. Une boule nerveuse sans futur ni passé qui prend à la gorge. Entendre Dylan Baldi s'époumoner : "I Tought I Would Be More Than This" (à peu près "Je pense que j'aurais fait mieux que ça") sur le génial Wasted Days suffit à nous refiler quelques frissons. Joué comme ça, il n'y a pas de doute, le rock est bien en vie.

 

Grizzly-Bear-Shields.jpg7 : Grizzly Bear
- Shields


Crée au début des années 2000 comme le projet solo d'Ed Droste, Grizzly Bear s'est imposé au fil de la dernière décennie comme un des groupes américains les plus passionnants du moment. Surtout, le quatuor n'a eu de cesse d'élargir son univers musical d'une folk électronique dense à une pop enlevée se jouant de structures mélodiques complexes. L'idée maîtresse du groupe a été de mettre en place des instrumentations riches sans que celles-ci n'occupent toute la bande sonore. Chez Grizzly Bear, ce sont d'abord les voix qui prennent les devants, aériennes, sensuelles, sinueuses. Elles nous guident sans ciller vers de délicieux sommets.


Breton_Other-Peoples-Problems.jpg8 : Breton
- Other people's Problems

Arrangements de cordes, gimmicks électroniques, énergie rock... Les Anglais de Breton proposent sur leur premier album Other People's Problems un panorama saisissant de l'indie pop contemporaine. Ils passent ainsi d'une atmosphère mélancolique à un morceau dansant avec naturel et maturité. Bref, ces enfants rock du Mike Skinner de The Streets ont du talent à revendre. Et un univers cinématographique d'une richesse proprement jubilatoire.


Hot Chip.jpg9 : Hot Chip
- In Our Heads

Si une chanson nous a totalement obsédée cette année, c'est bien Flutes de Hot Chip, son chant traînant et mélancolique, ses rythmiques entraînantes. Car si la musique des Britanniques est généralement rangée du côté de l'électronique, c'est en se tenant à une distance respectable du dancefloor. Et tant mieux, tant le groupe a une capacité à surprendre, émouvoir, envoûter sans jamais céder à aucune facilité. In Our Heads se fait une place de choix dans nos têtes. Aucune raison de l'y déloger.


Animal.jpg10 : Animal collective
- Centipede Hz


Les détracteurs de Centipede Hz, le tout nouvel album d'Animal Collective, ont comparé le disque à une empilement sans fin de fenêtres ouvertes sur YouTube. Pourtant, le maelstrom sonore des Américains n'a rien d'indigeste. L'accumulation de couches donne au contraire une énergie folle à cette pop psychédélique où s'entrechoquent les voix et les rythmiques jusqu'à la transe. Moins fluide que son prédécesseur, Merriweather Post Pavilion, Centipede HZ reste une montagne russe dans laquelle on aime à être secoué avec plaisir.

31/05/2012

Cloud Nothings attaque aux tripes

6d5f6176.jpgOn peut tenir tous les discours que l’on veut sur la vitalité
du rock, sa pertinence ou non en l’an de grâce 2012, on en revient toujours finalement
à une affaire de tripes.
En écoutant « Attack on Memory », troisième album des Américains de Cloud Nothings (jusqu’ici Dylan Baldi seul, aujourd’hui un groupe de quatre), on se dit qu’elles sont clairement sur la table. Pour s’en persuader, on se réécoute en boucle les 8 minutes 54 secondes de « Wasted Days ». Voix éraillée, guitares furibardes, rythmiques puissantes, et cette longue montée en milieu de morceau… on ressent ici toute la frustration  du narrateur éructant « I thought I would be more than this ».

« Attack on Memory », produit par le grand manitou Steve Albini, transpire l’énergie du désespoir.  « No Future/No past » clame le morceau d’ouverture pour donner le ton. « No Sentiment » lui répondra plus tard la sixième plage de l’album au texte programmatique : « We Started a war/Attack on memory/No easy way out/Forget everything/No nostalgia/And no sentiment ».  Avant, on aura eu une nouvelle démonstration de rock débridé sur l’instrumental « Separation », qui coupe le disque en deux.

Cloud Nothings ne fait donc pas dans la joliesse mais plonge sans protection dans les recoins les plus sombres de nos vies. Ennui, solitude, amours brisés, espoirs vains. Sur « Stay Useless » aux contours plus pop, le constat reste implacable : « Nothing I can do will make things change/I’m stuck in here and I’m tired of everywhere/I’m never gonna learn to be alone ». Le tout se conclut logiquement donx sur « Cut You ». L’histoire d’un homme qui apostrophe son ex au sujet de son nouvel ami : « Do you wanna hurt him ? Do you wanna kill him ? Is he gonna work out ? » De cet enfer, on retiendra encore les tous derniers mots : « I need something I can hurt. » Cloud Nothings pourrait bien y arriver. Il vient en tout cas de frapper très fort.

KidB

Wasted Days :

No Sentiment :

Cut You :

15:38 Publié dans rock | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cloud nothings

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu