Avertir le modérateur

21/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 11-15

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 11-15.

KidB

Vampire-week-end-contra.jpg11 - Vampire Weekend :
Contra

Attendu au tournant après un premier essai encensé de toutes parts, Vampire Weekend a répondu d'une brillante manière trimballant sa pop aussi bien vers la légèreté des caraïbes, le soleil de Californie que l'énergie urbaine de New-York. Le tout avec intelligence, le goût des sentiers peu rebattus et une énergie communicative sur disque comme sur scène.


FlorentMarchet_Courchevel.jpg12 - Florent Marchet :
Courchevel

Héros de tous les perdants, les moyens, ceux dont on n'aime pas trop parler, Florent Marchet creuse un peu plus son sillon dépressif avec Courchevel. Il y est question de morts, de déclassement, de licenciement. Bref, un des rares exemples de chansons réellement en prise avec la réalité sociale sans jamais perdre de vu ce qu'il y a de plus humain en chacun de nous. Les orchestrations sont fines et enjouées, les textes bouleversants.

 

midlake-the_courage_of_others.jpg13 - Midlake :
The Courage of others

Comme venue d'un autre temps, la pop de Midlake offre à nous des trésors de beauté insoupçonnés. The Courage of Others confirme la talent des Texans pour toucher droit aux choeurs avec simplicité. Choeurs, flutes et superbes guitares suffisent à créer ce supplément d'âme qui fait de Midlake un des rares groupes d'aujourd'hui dont la musique nous élève. De plus en plus haut.

 

cocorosie.jpg14 - Cocorosie :
Grey Oceans

On passera sur la pochette, d'une laideur sans nom, pour se concentrer sur la musique. Avec Grey Oceans, Cocorosie continue de nous sortir d'incroyables pépites de son coffre à jouets. Et notamment de belles confrontations entre la douceur d'un piano et des sonorités plus électroniques. La mystique, elle, est toujours là dans l'enchevêtrement de ces deux voix. Une drôle de disco féerique qui traverse la large palette des sentiments que le monde a à nous offrir, du plus enjoué au plus douloureux.

 

HALCYON-DIGEST-575x567.jpg15 - Deerhunter :
Halcyon Digest

Deerhunter confirme qu'il fait aujourd'hui parti de la cour des grands. Deux ans après le génial Microcastle vient donc Halcyon Digest, riche voyage à travers des textures mi-aquatiques mi-noise vers un drôle de pop rock légèrement teinté d'électronique. L'ensemble se tient avec brio et un mélange de fragilité et d'assurance qui nous fait fondre jusqu'à un bel hommage au regretté Jay Reatard décédé en janvier, "We Would Have Laughed".

03/05/2010

Cocorosie : "Pour nous, la musique est le langage des anges"

CocoRosie__CocoRosie_s_Mom___3_.jpg


On les avait connu en 2004 dans leur baignoire pour "La Maison de mon rêve", les sœurs Casady se jettent aujourd'hui à la mer pour "Grey Oceans". Un horizon à la hauteur de l'indéniable créativité de Cocorosie, mêlant toujours avec aise piano, bruitages électroniques, influences pop ou hip-hop et chant classique. Ludiques, émouvantes, spirituelles, leurs nouvelles aventures discographiques ont décidément tout pour plaire.

 

Vous sortez votre quatrième album « Grey Oceans ». Comment s’est passé l’enregistrement ?

Sierra : A fin de la tournée, on est allé en studio. Et on a commencé à jouer. De manière tres spontanée. Il en est sorti une grande éruption d’une quinzaine de chansons. On était très excité du résultat. On pensait enchaîner vite, mais, après quelques mois, on avait quarante chansons. Il nous a fallu un peu de temps pour réfléchir, faire le tri, jeter des choses. Rester au calme.

Comment se passe cette phase créative ?

Bianca : On essaie de réagir à nos propres idées, de construire des choses.

S. : D’exprimer les choses les plus extrêmes que l’on a en nous. Jouer avec nos voix pour explorer ce que l’on ressent à ce moment là, les émotions que l’on porte en nous. Donner voix à des choses très abstraites. Après dans un deuxième temps, il faut voir si ce qu’on a trouvé a du sens. Les choses les plus justes.

Beaucoup de choses sont mises de côté ?

S. : Il y a des chansons cachées, qui attendent qu’on les découvre. Pour chaque disque, on essaie de repartir à zero. Il n’y a qu’une chanson qui vient de sessions plus anciennes. De notre première rencontre avec notre pianiste Gael [Rakotondrabe]. La première fois, on s’est retrouvé sans se connaître comme pour un blind date et on a fait que jouer. Là, on a commencé « The Moon asked the crow ». La premiere chanson sortie de nos nouvelles sessions est « God has a voice, he speaks to me » que l’on a sorti l’an passé sous forme de single.

Votre univers musical a des fondations solides…

S. : J’aime à penser qu’avec Bianca, on a développé des styles de communication à travers nos procédés créatifs. Ca nous a soutenu et nous a permis d’ouvrir notre petit monde à des collaborateurs. Mais notre manière de travailler reste pour nous un mystère. C’est dailleurs quelque chose d’important à mes yeux. Tout comme le fait qu’on a appris des choses nouvelles sur nous-mêmes.


Lemonade :

Vous aimez mélanger les styles…

B. : C’est quelque chose qui était là dès le début. Pour nous, c’est la meilleure manière de faire, la plus évidente.

Sur « Grey Oceans », les parties de piano sont très riches…

S. : Gael a ouvert de petits portails qui nous amené vers de nouvelles choses.

Le disque joue beaucoup des contrastes de voix, de textures…

B. : C’est un peu comme la théorie des couleurs. Il faut sentir les bons arrangements. Les bonnes vibrations. Collé à des sons électroniques, le piano révèle sa nature organique, son « bois ».

Le disque utilise aussi davantage l’électronique…

B. : Au départ, on avait fait le choix d’explorer à fond cette direction. D’aller vers quelque chose de plus dansant. On le voit bien sur le single sorti l’an passé. Puis on a décidé de revenir à quelque chose de plus intemporel, de plus ancien.

Votre musique est très spirituelle…

B. : Pour nous, c’est par la créativité que l’on peut atteindre dieu. Une de nos quêtes principales est la vérité. Ce n’est pas quelque chose de simple à définir. On essaie de capter l’essence des choses et de la traduire en musique.

Capter quelque chose de magique ?

B. : Ou du moins quelque chose qui amène à la magie, fait travailler l’imagination, ouvre de nouvelles portes.

Quand on passe des heures et des heures sur une chanson, comment en garde-t-on la magie ?

B. : Parfois, nous ne travaillons pas comme ça. Certaines chansons se développent rapidement. Au cours de l’enregistrement, chacune se révèle, a son moment. On a d’un coup l’idée de ce qu’elle doit être. On ne peut pas contrôler les choses. Ca se fait tout seul. Les chansons ont une vie bien à elles. La musique touche tellement de monde. Une fois qu’elle est mise à disposition. C’est intéressant. Mais nous, on ne peut pas expliquer ce qu’il se passe après. Nous sommes juste celles qui envoyons les flèches. Vers le monde.

Vous aviez été surprise de l’enthousiasme suscité par votre premier disque ?

B. : C’était un choc pour nous. Sans cela, on aurait continué à être créative, mais peut-être pas dans la musique. On a été guidé par cet enthousiasme.

Vous avez l’impression de progresser, de disque en disque ?

S. : Il y a des choses sur lesquelles on a régressé. Il y a des gains mais aussi des pertes.

B. : On adore composer de la musique. Etre en studio. Jouer avec les instruments, les machines. On pourrait y passer toutes nos journées. C’est si excitant de se dire qu’à la fin de la journée, on a une chanson qui n’existait pas du tout la veille.


Hopscotch :


Comment situez-vous la musique dans cet ensemble créatif ?

B. : La musique est l’art le plus fun. Beaucoup d’artistes multimédias vous le diront. Pour nous, c’est aussi le langage des anges, ces derniers faisant le lien entre les hommes et dieu. Dans une époque si matérialiste, l’aspect métaphysique de la musique est primordial. Puis avec les nouvelles technologies, le partage est plus facile. C’est extraordinaire de voir comment aujourd’hui, des groupes très underground arrivent à toucher des gens avant même d’avoir sorti un album.

Vous avez l’impression de vous construire contre notre époque ou avec ?

B. : On essaie de vivre avec notre époque. Après nos valeurs ne sont pas toujours celles de nos contemporains. On recherche l’isolement, la nature. Pas à être connecté au monde en permanence. Certaines personnes aiment regarder des DVD pour passer le temps, nous on préfère observer le feu, la rivière. S’aérer l’esprit.

Vos chansons s’appuient beaucoup sur des éléments de fantaisie ?

B. : Oui. Il y a beaucoup de fantaisie. On aime s’imaginer à d’autres époques, voyager dans le temps.

Le morceau « Undertaker » s’ouvre par la voix de votre mère…

S. : Elle chante au début et à la fin. Comme une ouverture vers un autre temps. L’imaginaire du poème qu’elle récite est médiéval. Avec des chateaux, des incendies et des papillons géants.

B. : Le poème de notre mère a servi de racines. C’est lui qui a nourri la chanson.

Qu’exprime pour vous le titre « Grey Oceans » ?

B. : Pour nous, Grey Oceans évoque une image plutôt calme. Un état de conscience entre le sommeil et le réel. Comme quand on a conscience de ses rêves. C’est dans ce lieu que l’on aime cultiver notre musique. On aime voir les choses peu différemment des autres.

C’est important que le disque reflète des émotions très variées ?

B. : On a tendance à aller dans cette direction, à vouloir présenter un spectre assez large de choses. On se dit parfois qu’on devrait faire un disque qui ne donnerait qu’une même humeur. Mais on n’y arrive pas.

S. : Ca va aussi avec notre approche de la poésie. On aime jouer sur les contrastes. Comme parler de la mort de manière douce.

Il y a aussi dans votre musique quelque chose de ludique…

B. : Nos humeurs sont très variées quand on compose. Ca peut être complètement délirant à un moment puis cathartique à d’autres.

Comment a évolué votre relation à toutes les deux ?

B. : On est des balles de ping pong projetées dans tous les sens. C’est dur de faire le point. On est très différente. Sierra est quelqu’un de très perfectionniste. Moi, je suis plus chaotique. La perfection m’intéresse peu.

Antony me disait l’an passé qu’il était très envieux de votre créativité…

B. : On doit se sentir isolé quand on est un artiste comme lui. Il n’a pas de partenaire avec qui échanger. Etre deux nous aide à maintenir cet état de créativité, d’ouverture.

Est-ce que vous voyez Cocorosie comme un foyer ?

B. : Ca arrive que l’on ressente les choses comme ça.

S. : Un foyer que l’on essaie de fuir. Sans y arriver.


Fairy Paradise :


Et comment se prépare la tournée ?

B. : La préparation de la tournée est horrible.

S. : Nous sommes tellement désorganisées. Nous ne voulons pas travailler. On n’aime pas ça.

B. : On veut juste jouer de la musique. Mais là, il y aura plus de monde avec nous cette fois. Ca demande plus de préparation, plus d’échanges.

Vous travaillez sur un film ?

B. : Ca fait partie de nos projets. C’est un peu plus traditionnel que ce qu’on a pu faire à côté. On a tourné beaucoup d’images, mais il y a encore pas mal de montage à faire. Je ne sais pas s’il verra le jour ou si on le laissera sur une étagère, prendre la poussière.

Recueilli par KidB

17:39 Publié dans Interview, pop | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : cocorosie

19/12/2009

Top 100 des années 2000 : 41-45

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, les choses sérieuses commencent. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 41-45.

KidB

 

AnimalCollective-Feels.jpg41 : Animal Collective -
Feels (2005)

Les Américains d'Animal Collective ont connu un succès croissant depuis leurs premiers albums sortis à l'aube des années 2000. Au milieu de la décennie, leur folk rock chamanique à base de samples et de percussions vient croquer des territoires de plus en plus pop et abordables. Et le résultat sublime s'appelle "Feels". Ici, les titres "Grass" et "Loch raven".

 

 

Beth Gibbons.jpg42 : Beth Gibbons -
Out of Season (2002)

Portishead en berne depuis la fin des années 1990, la chanteuse Beth Gibbons sort en 2002 un superbe album de folk pleins de ballades savoureuses et lumineuses. Sur de simples arrangements de guitare ou de piano, l'artiste y pose sa voix caressante et légèrement cassée. Pour tous les hivers un peu froid des cinquante prochaines années. Ici, les titres "Mysteries" et "Show".

 

Maison de mon rêve.jpg43 : Cocorosie -
La Maison de mon rêve (2004)

C'est en 2004 que le folk bricolo rigolo et émouvant des Cocorosie a explosé à la face du monde avec le brillant premier album "La Maison de mon rêve". Baignée d'enfance, le disque nous ramenait à des émotions simples et profondes. Au point d'écouter en boucle certains titres comme "Good Friday" présenté ici avec l'inaugural "Terrible Angels".

 

Bleu petrole.jpeg44 : Alain Bashung -
Bleu Pétrole (2008)

Après être aller très loin dans les expérimentations pop, Alain Bashung a conclu, sans le savoir à l'époque, sa longue carrière avec un album plus accessible, marqué par de fortes influences folk rock. Sa voix profonde y faisait toujours merveille. Comme deux diamants bruts, le superbe "Comme un légo" et  "Tant de nuits".

 

upthebracket_13539406.jpg45 : The Libertines -
Up The Bracket (2002)

Jeunes, fringants, romantiques... The Libertines ont tapé un sacré coup de pied dans la fourmillère rock au début des années 2000 inspirant des milliers de jeunes adolescents à prendre les guitares pour prendre un peu l'air et lutter contre la morosité. Notamment influencé par The Clash, leur premier album "Up The Bracket" alternait les pépites enragées et plus décontract'. "If you lose your faith in love and music, the end won't be long. " On y reste fidèle depuis. Ici, les titres "Good old days" et "Time for Heroes".

14/12/2009

Top 100 des années 2000 : 66-70

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, next. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 66-70.

 

album-noahs-ark.jpg66 : Cocorosie - Noah's Ark (2005)

Avec leur deuxième essai "Noah's Ark", les sœurs Casady ouvraient leur freak folk bricolo à des influences hip-hop et autres. Cocorosie confirmait ainsi tout le bien de ce que l'on pensait d'elles. Spleen, Devendra Banhart et surtout Antony venaient filer un coup de main bienvenu confirmant que la maison de nos rêves ne demandait qu'à s'aggrandir. Ici le bouleversant "Beautiful Boyz", un des plus beaux morceaux de la décennie et  "South 2nd".

 

Lateofpier.jpg67 : Late of the pier -
Fantasy Black Channel (2008)

Derrière les Klaxons sont apparus tout un tas de groupes électro pop rock survitaminés. Parmi les plus foutraques et les plus inventifs, on compte Late of the Pier, auteurs l'an passé d'un premier album, "Fantasy Black Channel", très remarqué. Leurs mélodies savantes assument toutes les variations de tons et de rythmes. Ici, les titres "Heartbeat" et "Broken".

 

Klima.jpg68 : Klima - Klima (2007)

Derrière Klima se cache la Française Angèle David-Guillou, collaboratrice des Britanniques de Piano Magic, et auteur d'un unique album éponyme sorti en 2007. Sur le disque s'épanouissait sa voix sucrée accompagnée de douces instrumentations pop. Ici, les titres "The City" et "Her Love is happy".

 

 

Daft Punk.jpg69 : Daft Punk - Discovery (2001)

Après un premier succès "Around the world", les Daft Punk étendent leur univers électronique en poursuivant la même veine science-fiction sur "Discovery". Le disque leur offrira leur plus gros tube "One More Time" et un "Harder, Better, Faster, Stronger" samplé par Kanye West. Mais pas que... Ici les titres "Digital Love" et "Aerodynamic".

 

Rapture.jpg

70 : The Rapture -
Pieces of the people we love (2006)

 

Porté par une forte hype avant même la sortie de leur premier long album "Echoes", les Américains de The Rapture ont pleinement confirmé leur potentiel electro pop à nos yeux avec leur disque suivant "Pieces of the people we love". Le tout est mixé, notamment, par Danger Mouse et Paul Epworth. Le tout gagne donc en rigueur rythmique et mélodique. Ici, les titres "Get Myself into it" et "The Devil".

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu