Avertir le modérateur

06/05/2013

Random Listening #27 : Hot Chip - Crap Kraft Dinner (2004)

10:46 Publié dans Random listening | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hot chip

06/01/2013

Top album 2012 : 6-10

 

Cloud-Nothings-Attack-on-Memory.jpg6 : Cloud Nothings
- Attack on Memory


La formule est basique, mais d'une efficacité redoutable. Le rock rentre dedans de Cloud Nothings est chanté avec une telle verve et joué avec une telle ferveur qu'il dévaste tout sur son passage. Ici, tout semble inspiré, mélodique, sincère, avec l'aide de la production resserrée de Steve Albini. Une boule nerveuse sans futur ni passé qui prend à la gorge. Entendre Dylan Baldi s'époumoner : "I Tought I Would Be More Than This" (à peu près "Je pense que j'aurais fait mieux que ça") sur le génial Wasted Days suffit à nous refiler quelques frissons. Joué comme ça, il n'y a pas de doute, le rock est bien en vie.

 

Grizzly-Bear-Shields.jpg7 : Grizzly Bear
- Shields


Crée au début des années 2000 comme le projet solo d'Ed Droste, Grizzly Bear s'est imposé au fil de la dernière décennie comme un des groupes américains les plus passionnants du moment. Surtout, le quatuor n'a eu de cesse d'élargir son univers musical d'une folk électronique dense à une pop enlevée se jouant de structures mélodiques complexes. L'idée maîtresse du groupe a été de mettre en place des instrumentations riches sans que celles-ci n'occupent toute la bande sonore. Chez Grizzly Bear, ce sont d'abord les voix qui prennent les devants, aériennes, sensuelles, sinueuses. Elles nous guident sans ciller vers de délicieux sommets.


Breton_Other-Peoples-Problems.jpg8 : Breton
- Other people's Problems

Arrangements de cordes, gimmicks électroniques, énergie rock... Les Anglais de Breton proposent sur leur premier album Other People's Problems un panorama saisissant de l'indie pop contemporaine. Ils passent ainsi d'une atmosphère mélancolique à un morceau dansant avec naturel et maturité. Bref, ces enfants rock du Mike Skinner de The Streets ont du talent à revendre. Et un univers cinématographique d'une richesse proprement jubilatoire.


Hot Chip.jpg9 : Hot Chip
- In Our Heads

Si une chanson nous a totalement obsédée cette année, c'est bien Flutes de Hot Chip, son chant traînant et mélancolique, ses rythmiques entraînantes. Car si la musique des Britanniques est généralement rangée du côté de l'électronique, c'est en se tenant à une distance respectable du dancefloor. Et tant mieux, tant le groupe a une capacité à surprendre, émouvoir, envoûter sans jamais céder à aucune facilité. In Our Heads se fait une place de choix dans nos têtes. Aucune raison de l'y déloger.


Animal.jpg10 : Animal collective
- Centipede Hz


Les détracteurs de Centipede Hz, le tout nouvel album d'Animal Collective, ont comparé le disque à une empilement sans fin de fenêtres ouvertes sur YouTube. Pourtant, le maelstrom sonore des Américains n'a rien d'indigeste. L'accumulation de couches donne au contraire une énergie folle à cette pop psychédélique où s'entrechoquent les voix et les rythmiques jusqu'à la transe. Moins fluide que son prédécesseur, Merriweather Post Pavilion, Centipede HZ reste une montagne russe dans laquelle on aime à être secoué avec plaisir.

11/06/2012

Hot Chip, l'ode à la joie

hot chipEureka ! Après « Over and Over » sur The Warning et « I Feel Better » sur One Life Stands, Hot Chip a une nouvelle fois trouvé la recette du tube qui tue à écouter sans relâche pendant des mois et des mois. En boucle sur notre iPod depuis quelques semaines : « Flutes ». Soit 7 minutes 05 secondes de rythmiques entêtantes, de nappes de synthés rêveuses et de chants mélodique et syncopé. Une pépite hédoniste et dansante, sommet du brillant nouvel album In Our Heads.

Il faut dire que le groupe britannique arrive à une maîtrise parfaite de l’intéraction entre instruments et machines. Le premier morceaux, « Motion Sickness », se pose comme une démonstration de force. Dès les toutes premières notes, on l’entend se construire strate par strate, chaque son s’empilant avec grâce sur le précédent jusqu’à former une chanson qui trouvera sa place aussi bien dans les salons que sur le dancefloor.

Tout l’art de Hot Chip se tient là. Dans cette capacité de partir de l’électronique pour aller vers tout autre chose. Batir un univers ouvert aux sentiments, à la pop, à la soul. L’affirmation d’une vraie identité plutôt que l’enfermement dans un genre. Une manière toute personnelle de concevoir la musique sans se soucier du qu’en pensera-t-on. « Look at where we are » s’apparente à une sirupeuse et réussie ballade R’n’B quand deux pistes plus loin « Night and Day » est furieusement orienté vers la danse.

Surtout, In Our Heads respire étonnament la joie. Là, où One Life Stands versait dans la mélancolie pour dancefloor, ce nouvel album se déploie comme une cathédrale dédiée à la lumière (« A church is not for praying/it’s for celebrating the light that shines through the pain » sur « How do You do »). L’amour y est célébré à longueur de refrains (« These chains you bound around my heart/Complete me/Completely » sur « These Chains) comme pour mieux chasser la douleur (« Take this words, take it somewhere else, somewhere we don’t hurt » sur « Don’t Deny Your Heart »). Hot Chip n’a jamais été aussi heureux. À les entendre, nous aussi.

KidB

Motion Sickness

Look at where we are

Flutes

16:45 Publié dans Electro, pop | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hot chip

22/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 6-10

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 6-10.

KidB

hotchiponelifestandalbum.jpg6 - Hot Chip :
One Life Stand

Over and over, on a écouté cette année l'album One Life Stand des Hot Chip. Car les Britanniques ont publié de loin leur disque le plus abouti à ce jour. Une pop électronique entêtante pleine de gimmiks de synthés et de voix et cette manière toujours plus perfectionnée d'amener une bonne dose de mélancolie sur les dancefloors. La tristesse durera toujours.

 

foals_album_cover.jpg7 - Foals :
Total Life Forever

Deuxième essai et coup de maître pour les britanniques de Foals. Total Life Forever déborde d'ambition, de sentiments ambigus, de guitares entêtantes, de textures enivrantes et d'accélérations fulgurantes. Un chaos pop rock parfaitement maîtrisé à la manière de montagnes russes qui remueraient corps et âme. Mention spéciale à la chanson "Spanish Sahara", un des sommets de cette année.

 

Two%20Door%20Cinema%20Club-Irlande.jpg8 - Two Door Cinema Club :
Tourist History

Voilà quelques années que les compilations Kitsuné servent de pistes de tremplin à de jeunes groupes inconnus à l'aide de tubes mélangeant pop à reprendre en choeur et rythmiques bonnes pour les pieds. Two Door Cinema Club est de cette école là. Et les Irlandais ont retenu la recette. Leur premier album Tourist History compile ainsi dix tubes en puissance. Une force de frappe assez insolente pour un groupe aussi jeune peu enclin à se servir du frein à main.

 

Fortune-Staring%20at%20the%20ice%20melt.jpg9 - Fortune :
Staring at the ice melt

Nos chouchous français de 2010 sont donc Fortune. Leur premier album Staring at the ice melt est un petit bonheur de production de pop synthétique qui nous a donné envie de danser toute l'année, confirmant au passage la réussite de leur single Bully. Un disque virevoltant et sensuel enchaînant les titres plus accrocheurs les uns que les autres. On n'a pas fini de fondre pour eux.


The-Hundred-In-The-Hands.jpg

10 - The Hundred in the hands :
The Hundred in the hands

Un grand merci à The Hundred in the Hands de nous avoir rappelé cette année à quel point le rock pouvait encore être quelque chose de sexy et d'excitant. Le duo new-yorkais propose un détonant mélange de mélodies pop polies et de sonorités un peu crades, par peur de l'ennui de la perfection. Les chansons de leur premier album sont variées, portées avec charisme par Eleanore Everdell. Tout sonne juste. Leurs possibilités semblent illimitées.

18/03/2010

Un clip, un jour #116

Hot Chip - I Feel Better

Pour le nouveau single extrait de leur album "One Life Stand", les Hot Chip se la jouent Boys Band de rêve. Avec le sens de l'humour décalé qui les caractérise. La charge est plus tendre que celle de Noir Désir, époque "Homme Pressé" mais peu importe. On tien là notre single préféré de ce début d'année.

KidB

13:53 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hot chip

02/02/2010

From Hot Chip, with love

Hot chip.jpg

Hot Chip - One Life Stand (J'AIME : A la folie)

* Qui ? Depuis 2006 et le tube "Over and Over", les Britanniques de Hot Chip font partie des artistes électros les plus acclamés de la planète. Particularité, leur musique intègre une bonne dose de pop sans oublier de faire danser. "One Life Stand" est leur quatrième album.

* Genre ? Electro pop lacrymale et jouissive

* MySpace de l'artiste : Hot Chip

I feel Better :

Alors ce disque ?

La tristesse durera toujours. Du moins tant que les Britanniques de Hot Chip seront dans les parages. Pour leur quatrième album, "One Life Stand", les voilà qui reviennent gâcher la soirée en essayant de nous faire pleurer sur le dancefloor. Et le pire, c'est qu'ils en sont parfaitement capables. Car pour le combo, une fête ne serait pas complète sans une petite pointe de mélancolie. Rien d'ultra dramatique, juste le rappel de la solitude de nos vies, de tous ses sentiments qui hantent parfois nos nuits. Le titre s'appelle "I Feel Better". Basé sur une boucle de synthé plaquée sur une rythmique diabolique et des voix retravaillées à l'autotune, c'est juste un des trucs les plus beaux que l'on ait entendu depuis longtemps. Ca commence avec une femme qui demande : "Comment on a pu se perdre ainsi ?" Lui, répond : "Pas question de se quitter ce soir. Dans tes bras, I feel Better." Morale de l'histoire : "Everything's nothing and nothing is ours."

Pour ce quatrième disque, Hot Chip a pris une direction plus épurée, en choisissant d'exacerber l'expression des sentiments. Les couleurs vives se mélangent alors avec des tonalités plus sombres. De "Thieves in the night" ("Baby I've lost you here in the crowd") à "Brothers" ("When will we be three again my brothers"), l'album est traversé par le thème de la perte. Même quant tout semble aller pour le mieux, l'inquiètude demeure. "I've known for a long time you are my love life / So why can't I be bright like my lover's light ?" ("Hand me down your love"). Et sur "Alley Cats" se fait plus menaçante. "The Other night you said you might try to kill that thing I Love". "Slush" et "Take it in" célèbrent heureusement l'amour sur une note plus positive. Tout comme "We Have Love" : "We Have Love / There is nothing else to be proud of".

Musicalement, ce sont donc bien souvent les voix qui prennent le pas sur l'instrumentation. Sur le génial "Slush" tout en chant et en vocalises, les éléments électroniques ont même presque complètement disparu du tableau, preuve que les Britanniques n'ont que très peu de souci des cases. De même sur "Alley Cats" ou "Keep quiet", les voix sont omniprésentes et les rythmiques électroniques mises en sourdine. Mais que les amateurs de dancefloor se rassurent. Hot Chip ne les a pas totalement oublié. Outre le premier single "One Life Stand", sa  boucle de synthé grasse et ses rythmiques entêtantes, "Thieves in the Night" en ouverture, "Hand me down your love" ou même "Brothers" savent aussi accélérer le tempo. Et surtout, "We Have Love", porté par un intrigant gimmick de voix retravaillé par les machines et quelques percussions, a les armes pour décoincer tout un tas de paires de jambes. "One Life Stand" s'impose avec "Contra" de Vampire Weekend comme un des sommets de ce début d'année. A déguster sans modération.

KidB

We Have Love :

Anecdote : Hot Chip revendique des inspirations très variées pour son nouveau disque : jazz, soul, Motown, techno de Detroit et Chicago, Madonna, Willie Nelson mais aussi Susan Boyle, dont les performances télévisuelles auraient marqué le combo.

Thieves in the night :

10:30 Publié dans Electro, pop | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hot chip

13/12/2009

Top 100 des années 2000 : 71-75

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, next. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 71-75.

 

RatatatClassicsXL.jpg71 : Ratatat - Classics (2006)

En l'espace de trois albums, le duo new-yorkais Ratatat a inventé un son bien à lui basé sur un alliage instrumental répétitif de guitares et de mélodies aux synthés. On ne sait pas trop l'expliquer, mais cette musique nous fait l'effet d'une drogue dure à laquelle on revient sans cesse sans jamais se lasser. Ici, les titres "Lex" et "Swisha".

 

Atlas sound - logos.jpg72 : Atlas Sound - Logos (2009)

Psychédélique, vaporeux, euphorique... "Logos", deuxième album solo de Bradford Cox sous l'alias d'Atlas Sound, est un disque de pop électronique bien de son époque. Inventif et chaleureux, le chanteur de Deerhunter s'y révèle une nouvelle fois un compositeur de génie exprimant aussi bien la déprime cotonneuse que la joie d'être sur terre. Signe de qualité, Bradford invite au passage Noah Lennox des défricheurs Animal Collective à chanter avec lui. Ce "Logos" est indiscutablement est un des chefs-d'oeuvre de cette année. Ici, les titres "Sheila" et "Quick Canal".

 

calexico.jpg73 : Calexico -
Feast of wire (2003)

Déjà bien engagés à la fin des années 1990, les Américains de Calexico ont continué pendant la décennie 2010 a porté haut le flambeau de la musique de Tucson, entre pop et rock avec de fortes influentes hispanisantes. "Feast of fire", sorti en 2003, reste peut-être pour l'heure leur plus beau disque à ce jour. On y retrouve en tout cas cette magnifique "Sunken Waltz" et l'immense "Black Heart".

 

Hot_Chip-The_Warning-Frontal.jpg74 : Hot Chip -
The Warning (2006)

En achetant, en 2004, le sympathique album "Coming on strong", on ne se doutait pas que deux ans plus tard Hot Chip deviendrait un de nos combos électro-pop favoris. Le disque qui a tout changé s'appelle "The Warning". Il contient notamment un des grands tubes de cette décennie avec "Over and over" mais pas que. Depuis, les Britanniques ont livré l'aussi réussi "Made in the dark" en attendant l'an prochain l'album "One Life stand". Ici, les titres "Over and over" et "No Fit state".

 

editors_backroom.jpg75 : Editors -
The Back Room (2005)

En 2005, les Britanniques de Editors sortaient avec "The Back Room" un joyau noir de rock new wave. Brut et tout en guitares anguleuses, le disque enchaîne les refrains et les riffs entêtants, porté par la voix profonde du chanteur Tom Smith. Après un deuxième essai un poil décevant, le groupe s'est bien repris cette année avec l'album "In this light and on this evening". Ici, les titres "Fingers in the factories" et "Fall".

11/12/2009

Un clip, un jour #67

Hot Chip - One Life Stand

Pour patienter jusqu'à début février et la sortie de leur quatrième album "One Life Stand", le groupe d'électro-pop britannique Hot Chip a sorti aujourd'hui le clip du premier single éponyme, mis en scène par Roel Wouters. Rigueur rythmique, mélodie accrocheuse, imagerie décalée... Tout y est.

KidB



16/10/2009

Un clip, un jour #11

Hot Chip - Ready for the floor

Les Britanniques de Hot Chip se sont fait un nom en construisant un pont plutôt original entre musique pop et électronique. Leur dernier album "Made for the dark" était dans le genre une vraie réussite contenant plusieurs tubes accrocheurs dont ce "Ready for the floor", mis en image par Nima Nourizadeh entre univers arty et humour potache.

KidB 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu