Avertir le modérateur

18/06/2013

Random Listening #70 : Kanye West - Hold My Liquor (2013)

11/06/2013

Random Listening #63 : Kanye West & Jay-Z : No Church In The Wild (2011)

31/12/2011

Top albums 2011 : 1-5

 metronomy,jay-z,kanye west,peaking lights,the strokes,cunninlynguists

Ces douze derniers mois sont sortis des centaines et des centaines de disques différents, dont on a pris le temps d'écouter qu'une partie. Exercice traditionnel de la fin d'année, voici le classement des 50 albums qui m'ont le plus accompagné tout 2011 (pas des meilleurs donc), avec sans surprise une forte dominante pop-rock. On ne se refait pas. 

Bonne écoute,

KidB

Top 50 : 1) Metronomy - The English Riviera // 2) Jay-Z & Kanye West - Watch The Throne // 3) Peaking Lights : 936 // 4) The Strokes - Angles // 5) Cunninlynguists - Oneirology // 6) Baxter Dury - Happy Soup // 7) The Weeknd - House of Balloons // 8) Still Corners - Creatures of an hour // 9) Radiohead - The King of Limbs // 10) Daniel Darc - La Taille de mon âme // 11) Gil Scott-Heron & Jamie XX : We're New Here // 12) Smith Westerns - Dye it Blonde // 13) Nicolas Jaar - Space is only noise // 14) Real Estate - Days // 15) Puro Instinct - Headbangers in ecstasy // 16) Wu Lyf - Go Tell fire to the mountain // 17) Ghostpoet - Peanut Butter Blues & Melancholy Jam // 18) Girls - Father, Son, Holy Ghost // 19) Destroyer - Kaputt // 20) Yuck - Yuck // 21) James Blake - James Blake // 22) Washed Out - Within and Without // 23) Toro y Moi - Underneath the Pine // 24) Salem - King Night // 25) The Soft Moon - Soft Moon // 26) Discodeine - Discodeine // 27) PJ Harvey - Let England Shake // 28) Arctic Monkeys - Suck it and See // 29) Dark Dark Dark - Wild Go // 30) Atlas Sound - Parallax // 31) Mohini Geisweller - Event Horizon // 32) Gonzales - The Unspeakable Chilly Gonzales // 33) Anna Calvi - Anna Calvi // 34) Theophilus London - Timez are weird these days // 35) Cat's Eyes - Cat's Eyes // 36) Woods - Sun and Shade // 37) Housse de racket - Alesia // 38) The Pains of Being Pure at Heart - Belong // 39) The Roots - Undun // 40) Black Lips - Arabia Mountain // 41) The Kills - Blood Pressures // 42) Alex Beaupain - Les Bien aimés // 43) Blood Orange - Coastal Grooves // 44) Noel Gallagher - High Flying Birds // 45) Emika - Emika // 46) Feist - Metals // 47) The Horrors - Skying // 48) François & The Atlas Mountain - E Volo Love // 49) The Rapture - In The Grace of Your Love // 50) TV on the radio - Nine Types of Light

5060107728172.jpg1 : Metronomy -
The English Riviera 

Déterminer notre album favori de 2011 n'a pas été bien difficile tant on a écouté cette année The English Riviera de Metronomy. Bien plus finalement que n'importe quel autre disque. "Everything Goes My Way", "Corinne", "The Bay", "The Look", "She Wants"... le groupe britannique aligne les tubes pop en puissance avec une facilité déconcertante. Et si le sentiment de lassitude commençait un peu à poindre cet automne, c'était pour mieux replonger cet hiver dans ses productions sophistiquées à la douce mélancolie et aux refrains entêtants, magnifique incitation à la rêverie.


watch-the-throne-cover.jpg2 : Jay-Z & Kanye West -
Watch the throne

Boursouflé, imparfait, trop long... Watch The Throne n'en enregistre pas moins la rencontre au sommet de deux des artistes les plus créatifs des années 2000. D'un côté, Jay-Z et son impressionant flow affûté comme la plus dangereuse des lames, de l'autre, Kanye West et sa science poussée du sample et des beats. Surtout, l'album s'impose comme le meilleur emblème des années Obama, où l'Amérique noire parvenue au pouvoir questionne à la fois son passé trouble, son présent insensé, son futur incertain. Un disque aux saillies drolatiques ("I might even make my son be republican, so everybody know he love white people" sur "New Day") qui colle parfaitement au talent et à la démesure de ses deux génies.  


76266_10150311839315710_172619390709_15912714_3514413_n.jpg3 : Peaking Lights - 936

936, le deuxième album de Peaking Lights, s'est imposé à nous de manière détournée. C'est en laissant vagabonder notre iTunes en mode aléatoire que l'on est tombé sous le charme d'un des morceaux du disque, puis d'un autre, sans tout de suite faire le rapprochement entre les deux. De l'incroyable et pourtant si simple ballade bucolique "Hey Sparrow" aux huit minutes dub et psychédéliques de "Birds of Paradise", il y a un monde, que le duo franchit allégrement et avec un incroyable talent. Le reste du disque vacille entre ses deux pôles, inventant au passage une pop électronique à la rafraichissante étrangeté. 


TheStrokes_ANGLES_cover.jpg4 : The Strokes - Angles

C'était sans doute un des albums les plus attendus de l'année. Après cinq ans de pause et d'insistantes rumeurs de dissensions, que resterait-il des Strokes ? Réponse : dix véritables pépites. Angles, leur quatrième disque, regorge ainsi de mélodies rock anguleuses, d'envolées lyriques fougueuses, de structures sophistiquées et surtout d'une classe pleine de morgue portée par le chant singulier de Julian Casablancas. Les rockeurs new-yorkais qui avaient participé à rendre les guitares de nouveau cool au début des années 2000 n'ont donc rien perdu de leur mordant le temps d'un album compact, bâti comme une increvable machine de guerre.


3345141714-1.jpg5 : Cunninlynguists - Oneirology

En 2011, on a de nouveau (et pour toujours ?) attendu en vain le Detox de Dr Dre puis on s'est largement consolé en découvrant le rap racé des Américains de Cunninlynguists. Le cinquième album du trio, Oneirology, décrypte en long et en large la notion de rêve, les cauchemars du quotidien prenant vite le pas sur les fantasmes. Le flow est rageur alternant comme chez The Streets ou Kanye West avec des intermèdes vocaux plus doux (samples, choeurs, featuring...). Mais surtout, ce sont la plume trempée dans le social et les productions ambitieuses du combo qui font ici la différence et font de Cunninlynguists un des groupes les plus essentiels entendus cette année, tous genres confondus.

08/04/2011

A l'avant-garde de la pop, le son d'aujourd'hui

Animal-Collective.jpg

Le bon son du moment. Dans son dernier numéro, le magazine Vox Pop essayait de décrypter ce qui caractérisait la pop en 2011. Bilan de The XX à James Blake en passant par The National ou Deerhunter : une certaine lenteur, de la grisaille, un trouble entre deux eaux. Pour prendre un peu de recul par rapport à la production de ces derniers mois, je dirais que cette mouvance qui émerge très clairement en ce début d’année, n’est qu’une des deux branches d’un mouvement plus large. A côté, de cette veine plutôt sombre, on trouve aussi une mouvance pleine de vitalité menée tambour battant par Animal Collective (Atlas Sound, Foals, Braids, Sin Fang…) autour d’un psychédélisme païen renouvelé. Entre ces deux formes d’avant-gardes, bien sûr, tout un entre-deux de formations aux styles intermédiaires.

Car plus que ces deux archétypes en apparence opposés, il est intéressant d’étudier les quelques points qui relient l’ensemble, dressant une carte de tendances plus longues qui dessinent la pop d’aujourd’hui.

D’abord, c’est un peu la tarte à la crème, mais la donnée qui marque le plus profondément l’époque est sans aucun doute le mélange de plus en plus poussé d’organique et d’électronique. Finie la domination du classique chant-basse-guitare-batterie. De plus en plus de formations intègrent désormais les synthés bien sûr, mais aussi, de manière très appuyée, les boîtes à rythme. Les outils de production sont de plus en plus abordables et de nombreux groupes développent leur propre studio, offrant des mix de plus en plus sophistiqués et encourageant l’expérimentation.

Tous en boucle

En découle une esthétique très marquée par le hip-hop, qui était déjà à l’origine un terrain de rencontre entre musique noire et musique blanche. S’il y a trois ans, Noel Gallagher d’Oasis pouvait encore critiquer le festival de Glastonbury pour avoir invité Jay-Z, aujourd’hui, nombreux sont les cerveaux pop qui clament leur amour du rap ou du jazz. Peu étonnant qu’un membre des Britanniques de Foals lâche sur le Net des mix house et rap quand Jamie XX s’impose comme un des beats makers les plus intéressants du moment, reprenant en intégralité le dernier album de la gloire soul Gil Scott Heron. Ratatat et MGMT s’acoquinent de leur côté avec Kid Cudi (ou l’inverse) quand Memory Tapes remixe Gucci Mane et Animal Collective lâche son flow sur des boucles. Ces dernières se retrouvent désormais chez des artistes aussi divers que Le Prince Miiaou en France ou James Blake en Angleterre.

Résultat, les rythmiques jouent à égalité avec la mélodie. Elles reviennent au premier plan de l’esthétique pop s’appuyant sur une belle sophistication. Jeu de batterie traditionnel, percussions et froideur des boîtes à rythmes se marient, parfois sur le même morceau. Vampire Weekend avait ainsi remis au goût du jour auprès d’un certain public les rythmiques africaines. Depuis si These New Puritans est sans doute avec Portishead une des formations qui a poussé ce jeu de syncopage le plus loin avec l’album Hidden, de Zola Jesus à The XX, en passant par Radiohead, Salem, Fever Ray, Esben & The Witch ou Memory Tapes, les rythmiques industrielles s’imposent comme un beau terrain d’exploration pop.

Combinaisons en tout genre

La faute aussi à bouleversement du travail sur la structure même des morceaux. De nombreux artistes s’éloignent ces jours-ci un peu des classiques couplets-refrains pour offrir des paysages plus vallonnés et plus complexes travaillés par la répétition ou la brisure. La conquête d'espaces est la nouvelle frontière, explorant une profondeur de champ digne de la 3D au cinéma. Le psychédélisme est ainsi de retour à la mode. MGMT s’offre Siberian Breaks, une longue plage de plus de dix minutes sur son deuxième album Congratulations. Animal Collective manie la terre, le feu et l'eau. Même sur un temps beaucoup plus limité, un groupe comme Sourya en France démarre sa chanson Anatomy Domine comme une sorte de touchante ballade au synthé avant de basculer au milieu vers une transe électronique et robotique. Une diversité encore plus symptomatique à l’échelle d’un album complet.

Freak folk, witch house, glo-fi… les combinaisons se multiplient aujourd’hui à l’infini donnant naissance à une série de sous-genres. Emerge ainsi une esthétique du collage, chaque formation allant piocher des choses qui l’intéressent dans une culture musicale de plus en plus débridée. James Blake réconcilie soul, pop et dubstep. Salem mêle des éléments hip-hop et shoegaze à de l’électronique. The Roots intègre du folk à son rap. Francesco Tristano marie classique et électronique. Les étiquettes ont perdu tout sens (où classer Jamie T ?, 808's & Heartbreak de Kanye West, c'est encore du rap ?). D’où le choix d’un terme générique, pop, qui décrit aujourd’hui des musiques en apparence aussi diverses que Hot Chip, Kanye West et les Magic Numbers.

Machine soul

Cette démultiplication des collages débouche inévitablement sur une esthétique du contraste. Et si l’intrusion des éléments électronique apporte une touche de froideur, celle-ci est contrebalancée par un recours accru aux chœurs. La voix est redevenue un instrument à part entière, et plus simplement le véhicule des textes. Radiohead a été un des groupes pionniers de cette mouvance au début des années 2000 et joue plus que jamais sur The King of Limbs de la collision d’un son froid et décharné au chant lyrique de Thom Yorke. Chez Chew Lips, les inclinations presque soul de la chanteuse Tigs contrebalancent une production qui donne la part belle aux machines. D’Animal Collective à Au Revoir Simone en passant par The Bewitched Hands ou Crysral Fighters, les voix s’entremêlent, se répondent, chantent de concert. L'émotion chez James Blake, The XX ou Zola Jesus passe aussi par là. L'expression d'une certaine fragilité dans un environnement en apparence dur. Preuve que même si l’heure est à la prise de pouvoir des machines, l’humain reste inévitablement l’âme même de la musique.

KidB

ANIMAL COLLECTIVE : My Girls // THE XX : Heart Skipped a Beat // JAMES BLAKE : Limit To Your Love // MEMORY TAPES : Green Night // SALEM : Release da Boar // KID CUDI (MGMT & RATATAT) : Pursuit of Happiness // THE ROOTS : Dear God 2.0 // CRYSTAL FIGHTERS : Solar System // ZOLA JESUS : Night // THESE NEW PURITANS : We Want War // VAMPIRE WEEKEND : Cape Cod Kwassa Kwassa // JAMIE T : Earth, Wind & Fire // FRANCESCO TRISTANO : Idiosynkrasia // CHEW LIPS : Karen // SOURYA : Anatomy Domine // AU REVOIR SIMONE : All Or Nothing // MGMT : Siberian Breaks // KANYE WEST : Amazing

23/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 1-5

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 1-5.

KidB

arcade-fire-the-suburbs-nouvel-album-image-368864-article-ajust_650.jpg1 - Arcade Fire :
The Suburbs

Il y a tout juste douze mois, j'élisais ici même Funeral d'Arcade Fire comme mon disque préféré des années 2000. Belle fidélité donc pour le groupe canadien qui après le plus downtempo mais réussi  Neon Bible marque définitivement un grand coup avec The Suburbs. Plus riche que leurs disques précédents, l'album s'étend sur seize plages qui dessinent de passionnants territoires (la banlieue, l'adolescence...) et de grands sentiments. Peu de groupes manient aujourd'hui avec une telle maestria l'intime et le collectif. Un feu qu'on rêve de voir brûler encore bien des années.

 

National+High+Violet.jpg2 - The National :
High Violet

Difficile parfois pour nos groupes préférés de répondre aux attentes démesurées que l'on a à chaque album. Heureusement depuis Alligator, The National se donne beaucoup de peine pour ne pas nous décevoir. High Violet est ainsi un modèle d'album urbain dense, sombre, plein de petites peurs et d'énergie. Le groupe new-yorkais s'est aventuré dans des zones plus floues et plus flottantes encore que sur leurs disques précédents. Et reste à tout jamais le grand maître de la névrose contemporaine. Ah oui, et Matt Berninger reste quand même la plus belle voix que l'on connaisse au monde. Rien que ça.

 

MyBeautiful-DarkTwistedFantasy-300x300.jpg3 - Kanye West :
My Beautiful Dark Twisted Fantasy

On faisait partie des quelques fervents défenseurs de la parenthèse désenchantée 808's & Heartbreak, un de nos deux disques préférés de la précédente décennie (rien que ça). On ne boudera pas ce retour à la flamboyance et à la démesure d'un des artistes les plus doués de sa génération. Avec My Beautiful Dark Twisted Fantasy, Kanye West écrit le futur de la pop piochant ses sons chez des artistes aussi variés qu'Aphex Twin, Public Enemy et King Crimson. Un disque totalement jouissif, sans aucune limite, qui met (à peu près) tout le monde d'accord. 

 

mgmt_congratulations_cover.jpg4 - MGMT :
Congratulations

Avec leur premier album Oracular Spectacular, MGMT avait tout flambé. Porté par quelques tubes pop totalement géniaux ("Kids", "Time to pretend"...), le disque s'était fait connaître comme une traînée de poudre avant de quitter nos platines. Réussi, mais un poil vite lassant. Pour leur deuxième essai, Congratulations, sorti au printemps, l'effet fut exactement l'inverse. Un peu décontenancé mais séduit au début, l'album n'a cessé de grandir en nous tout au long de l'année et fait partie aujourd'hui de ces quelques disques qu'on ne se lasse toujours pas d'écouter. Car cette fois, le duo hype a soigné la construction de ces morceaux et ses mélodies offrant à l'auditeur une richesse de détails et de virages, là où jusqu'ici il se contentait d'une bonne vieille ligne droite. Un voyage des plus étranges et des plus passionnants. Congratulations !

 

pochettebeachhouse.jpg5 - Beach House :
Teen Dream

Il y a les disques brillants, fascinants, intelligents, et ceux (qui ont un peu de tout ça) dont on tombe amoureux. Dès la première écoute. Comme un coup de foudre. Teen Dream, troisième album du duo Beach House, est de ceux qui font naître comme cela des élans passionnés à coups d'hymnes pop sensuels et cotonneux. Le disque dessine de grands paysages tout en couleurs, portés par la troublante voix androgyne de Victoria Legrand et des choeurs chaleureux. Teen Dream souffle ainsi le chaud et le froid avec bonheur. Il nous tient à coeur de le défendre avec ardeur.

05/10/2010

Kanye West in a good friday mood

Kanye.jpg

Kanye West sur tous les fronts. Le rappeur américain a confirmé la sortie de son nouvel album le 22 novembre prochain. Son titre : "Beautiful Dark Twisted Fantasy". A la hauteur de l'incroyable inventivité de l'artiste qui balance gratuitement des titres sur Internet depuis maintenant plus d'un mois avec sa campagne Good Friday. Une collection de morceaux de bonnes qualités, compilés ici, dont certains devraient figurer sur le disque. Tous indiquent en tout cas un retour à un format plus rap après les foudrayantes expérimentations pop de "808's and Heartbreak".

Le rappeur était par ailleurs à Paris aujourd'hui pour présenter un film noir de 40 minutes tourné à Prague, accompagnant le morceau "Runaway". En attendant de juger du résultat, Kanye West s'impose comme l'artiste incontournable de cet automne. Preuve qu'il a fait sienne la devise de Daft Punk : Harder, faster, better, stronger.

KidB

29/05/2010

Kanye West reprend le Power

Kanye.jpg
On l'avait laissé il y a quelques mois en pleine bourrasque médiatique après avoir maladroitement défendu Beyoncé et son "I'm gonna let you finish". Kanye West nous revient avec un premier extrait de son album à venir "Good ass job", successeur d'un "808's & Heartbreak" classé ici comme le deuxième album le plus marquant des années 2000. C'est dire l'attente que l'on peut avoir sur tout ce que sort le bonhomme.
Construit autour d'une géniale boucle de voix et d'un sample de King Crimson ("21st Century Schizoid Man"), "Power" featuring Dwele séduit avec ce flow rageur, ce texte toujours aussi narcissique  et ses sons de guitares électriques. "I'm Surviving/I've got the power of making life so exciting"... Le tout nouvel album est annoncé pour la rentrée.

KidB

02/01/2010

Top 100 des années 2000 : 1-5

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, on touche au graal. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 1-5.

KidB

Funeral.jpg1 : Arcade Fire - Funeral (2005)

C'est par K.-O. qu'Arcade Fire impose "Funeral" disque de la décennie tant il est difficile de résister à la fougue du premier disque des Canadiens. L'album a ramené un supplément d'âme dans un monde pop qui a facilement tendance à en manquer. Il a aussi popularisé ces étranges structures de morceaux portées par l'entrain des cuivres et des cordes. Porté par un impressionnant buzz Internet et la force du simple bouche à oreille, le souffle n'est jamais retombé. Ici, les titres "Rebellion (Lies)" et "The Neighborhood #2 (Laika)".

 

kanye-west-808s-heartbreak-kaws-2.jpg2 : Kanye West -
808's and Heartbreak (2008)

Organique, électronique, auto-tune, ego-trip, fusion des genres dans une sorte de pop minimaliste universelle... Peu de disques symbolisent autant la musique de leur époque que ce "808's and Heartbreak" signé Kanye West. Le rappeur y délaisse les rivages traditionnels du hip-hop pour panser ses plaies liées à la mort de sa mère et la rupture avec sa petite amie. Le disque d'une humanité fébrile qui vacille mais refuse de s'éteindre. Prend de l'épaisseur à chaque écoute. Ici, les titres "Amazing" et "Welcome to heartbreak".

 

Alligator-by-The-National_58409_full.jpg3 : The National - Alligator (2005)

La classe absolue que ce troisième album rock des Américains de The National. La voix profonde de Matt Berninger s'y fait à la fois douce et rageante sur un parterre de guitares légèrement allumées. Le songwriting est un brin classique mais mis au service de chansons urbaines sombres et touchantes. Un disque phare des dix dernières années. Ici, les titres "City Middle" et "Mr November".

 

radiohead.jpg4 : Radiohead - Kid A (2000)

Sorti au tout début des années 2000, "Kid A" fait partie de ces quelques disques qui ont contribué à la démocratisation de l'électronique. Très attendu après le succès fulgurant d'"OK Computer", l'album présentait un virage alors inattendu mais payant. On y retrouve toujours les obsessions du groupe pour les paysages sonores effrayants et les plages où s'expriment plus directement les émotions. Ici, "Idioteque" et "How to disappear completely".

 

antony_and_the_johnsons-i_am_a_bird_now.png5 : Antony & the Johnsons -
I am a bird now (2005)

C'est avec "I am bird now", son deuxième album, qu'on a découvert la voix inoubliable d'Antony. Elle chante ici la douleur d'être au monde comme personne. Disque cathartique comme peu d'autres, c'est vers lui que l'on se retourne quand rien ne va plus et que l'on a besoin du réconfort de la beauté. Difficile en tout cas de faire plus bouleversant que ces dix titres de pop mélancolique. Ici, "Hope there's someone" et "You are my sister".

21/10/2009

Un clip, un jour #16

Kanye West - Good Morning

Annoncé mort sur Internet, Kanye West ressuscite ce soir sur Album sono avec "Good Morning". Un titre mis en image par le célèbre artiste contemporain japonais Takashi Murakami.Car sachez-le, Kanye West ne meurt jamais.

KidB

07/10/2009

Un clip, un jour #2

Kanye West - Heartless

Difficile de lancer une rubrique clip en faisant l'impasse sur Kanye West. Quoi que l'on pense du personnage, le rappeur est un des artistes contemporains qui soignent le plus ses clips. L'occasion de revenir aussi sur l'album "808's & Heartbreak", chef-d'oeuvre de pop moderne autour d'un homme qui a perdu l'amour et son âme. Ici le titre : "Heartless" réalisé par Hype Williams.

KidB

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu