Avertir le modérateur

31/12/2011

Top albums 2011 : 1-5

 metronomy,jay-z,kanye west,peaking lights,the strokes,cunninlynguists

Ces douze derniers mois sont sortis des centaines et des centaines de disques différents, dont on a pris le temps d'écouter qu'une partie. Exercice traditionnel de la fin d'année, voici le classement des 50 albums qui m'ont le plus accompagné tout 2011 (pas des meilleurs donc), avec sans surprise une forte dominante pop-rock. On ne se refait pas. 

Bonne écoute,

KidB

Top 50 : 1) Metronomy - The English Riviera // 2) Jay-Z & Kanye West - Watch The Throne // 3) Peaking Lights : 936 // 4) The Strokes - Angles // 5) Cunninlynguists - Oneirology // 6) Baxter Dury - Happy Soup // 7) The Weeknd - House of Balloons // 8) Still Corners - Creatures of an hour // 9) Radiohead - The King of Limbs // 10) Daniel Darc - La Taille de mon âme // 11) Gil Scott-Heron & Jamie XX : We're New Here // 12) Smith Westerns - Dye it Blonde // 13) Nicolas Jaar - Space is only noise // 14) Real Estate - Days // 15) Puro Instinct - Headbangers in ecstasy // 16) Wu Lyf - Go Tell fire to the mountain // 17) Ghostpoet - Peanut Butter Blues & Melancholy Jam // 18) Girls - Father, Son, Holy Ghost // 19) Destroyer - Kaputt // 20) Yuck - Yuck // 21) James Blake - James Blake // 22) Washed Out - Within and Without // 23) Toro y Moi - Underneath the Pine // 24) Salem - King Night // 25) The Soft Moon - Soft Moon // 26) Discodeine - Discodeine // 27) PJ Harvey - Let England Shake // 28) Arctic Monkeys - Suck it and See // 29) Dark Dark Dark - Wild Go // 30) Atlas Sound - Parallax // 31) Mohini Geisweller - Event Horizon // 32) Gonzales - The Unspeakable Chilly Gonzales // 33) Anna Calvi - Anna Calvi // 34) Theophilus London - Timez are weird these days // 35) Cat's Eyes - Cat's Eyes // 36) Woods - Sun and Shade // 37) Housse de racket - Alesia // 38) The Pains of Being Pure at Heart - Belong // 39) The Roots - Undun // 40) Black Lips - Arabia Mountain // 41) The Kills - Blood Pressures // 42) Alex Beaupain - Les Bien aimés // 43) Blood Orange - Coastal Grooves // 44) Noel Gallagher - High Flying Birds // 45) Emika - Emika // 46) Feist - Metals // 47) The Horrors - Skying // 48) François & The Atlas Mountain - E Volo Love // 49) The Rapture - In The Grace of Your Love // 50) TV on the radio - Nine Types of Light

5060107728172.jpg1 : Metronomy -
The English Riviera 

Déterminer notre album favori de 2011 n'a pas été bien difficile tant on a écouté cette année The English Riviera de Metronomy. Bien plus finalement que n'importe quel autre disque. "Everything Goes My Way", "Corinne", "The Bay", "The Look", "She Wants"... le groupe britannique aligne les tubes pop en puissance avec une facilité déconcertante. Et si le sentiment de lassitude commençait un peu à poindre cet automne, c'était pour mieux replonger cet hiver dans ses productions sophistiquées à la douce mélancolie et aux refrains entêtants, magnifique incitation à la rêverie.


watch-the-throne-cover.jpg2 : Jay-Z & Kanye West -
Watch the throne

Boursouflé, imparfait, trop long... Watch The Throne n'en enregistre pas moins la rencontre au sommet de deux des artistes les plus créatifs des années 2000. D'un côté, Jay-Z et son impressionant flow affûté comme la plus dangereuse des lames, de l'autre, Kanye West et sa science poussée du sample et des beats. Surtout, l'album s'impose comme le meilleur emblème des années Obama, où l'Amérique noire parvenue au pouvoir questionne à la fois son passé trouble, son présent insensé, son futur incertain. Un disque aux saillies drolatiques ("I might even make my son be republican, so everybody know he love white people" sur "New Day") qui colle parfaitement au talent et à la démesure de ses deux génies.  


76266_10150311839315710_172619390709_15912714_3514413_n.jpg3 : Peaking Lights - 936

936, le deuxième album de Peaking Lights, s'est imposé à nous de manière détournée. C'est en laissant vagabonder notre iTunes en mode aléatoire que l'on est tombé sous le charme d'un des morceaux du disque, puis d'un autre, sans tout de suite faire le rapprochement entre les deux. De l'incroyable et pourtant si simple ballade bucolique "Hey Sparrow" aux huit minutes dub et psychédéliques de "Birds of Paradise", il y a un monde, que le duo franchit allégrement et avec un incroyable talent. Le reste du disque vacille entre ses deux pôles, inventant au passage une pop électronique à la rafraichissante étrangeté. 


TheStrokes_ANGLES_cover.jpg4 : The Strokes - Angles

C'était sans doute un des albums les plus attendus de l'année. Après cinq ans de pause et d'insistantes rumeurs de dissensions, que resterait-il des Strokes ? Réponse : dix véritables pépites. Angles, leur quatrième disque, regorge ainsi de mélodies rock anguleuses, d'envolées lyriques fougueuses, de structures sophistiquées et surtout d'une classe pleine de morgue portée par le chant singulier de Julian Casablancas. Les rockeurs new-yorkais qui avaient participé à rendre les guitares de nouveau cool au début des années 2000 n'ont donc rien perdu de leur mordant le temps d'un album compact, bâti comme une increvable machine de guerre.


3345141714-1.jpg5 : Cunninlynguists - Oneirology

En 2011, on a de nouveau (et pour toujours ?) attendu en vain le Detox de Dr Dre puis on s'est largement consolé en découvrant le rap racé des Américains de Cunninlynguists. Le cinquième album du trio, Oneirology, décrypte en long et en large la notion de rêve, les cauchemars du quotidien prenant vite le pas sur les fantasmes. Le flow est rageur alternant comme chez The Streets ou Kanye West avec des intermèdes vocaux plus doux (samples, choeurs, featuring...). Mais surtout, ce sont la plume trempée dans le social et les productions ambitieuses du combo qui font ici la différence et font de Cunninlynguists un des groupes les plus essentiels entendus cette année, tous genres confondus.

15/04/2011

Metronomy, rêveries d'après la nuit

Metronomy.jpg

Metronomy - The English Riviera

Après la nuit revient le soleil. Et le chant des mouettes pour nous accueillir au bord de la mer. Bienvenue sur The English Riviera, trip électro-pop signé Metronomy dédié à sa région du Devon. Un disque à écouter en boucles entêtantes et sexy. Un disque construit sur des basses hypnotiques et des rythmiques répétitives qui tournent et retournent dans la tête. Un disque plein de voix délicieusement fragiles qui se répondent. Un disque qui ne lâche plus notre lecteur iTunes depuis sa sortie il y a maintenant une semaine.

Si le groupe britannique a choisi de délaisser un peu le dancefloor pour des ambiances plus retro seventies, l’âme de sa musique, elle, reste la même : seul compte ce qui se passe du coté du cœur. Ainsi, Nights Out, leur album précédent, battait frénétiquement la mesure pour conjurer une douloureuse rupture sentimentale. The English Riviera a la douceur parfois un peu amère de la reconquête. « It feels so good to have you back my love », susurre Roxanne Clifford, chanteuse de Veronica Falls sur le titre « Everything Goes My Way ».

Génie mélodique

Cet afflux de voix féminines est un des tournants marquants d’un groupe en partie renouvelé. Il introduit une once de sensualité et de chaleur supplémentaires à une musique qui nous colle au corps, de la tête aux pieds. Car Metronomy n’a rien perdu ici de son efficacité électronique. Bien au contraire. Les ambiances sont désormais plus riches et variées. « We Broke Free » s’épanouit autour de guitares enlevées, « She Wants » a quelque chose de glaçant, « Trouble » prend des allures de lentes ballades vénéneuses.

Le disque compte surtout quelques sommets, des mélodies qui tuent. « The Look » impose sa force lancinante, « The Bay » rappelle les nuits échevelées de Nights Out à coups de synthétiseurs et surtout « Corinne », l’imparable coup de foudre. Sur ce titre absolument magique, il est question de cœurs serrés et d’obsession de la danse. Trois courtes minutes qui résument à merveille le génie contemporain de Metronomy.

KidB

19:04 Publié dans pop | Lien permanent | Commentaires (68) | Tags : metronomy

26/01/2011

Un clip, un jour #219 (Metronomy)

Metronomy - She Wants

Les Anglais de Metronomy sont de retour et préparent la sortie de leur nouvel album "The English Riviera" attendu pour le 11 avril. Premier single, l'entêtant "She Wants" qui annonce un virage moins survitaminé et un peu plus obscur. A l'image de l'esthétique glacée du clip accompagnant les déambulations d'une jeune femme. Metronomy semble décidé à souffler le chaud et le froid.

KidB

22:00 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : metronomy

08/12/2009

Top 100 des années 2000 : 96-100

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, c'est parti. Seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 96-100.

 

Metronomy.jpg

96 : Metronomy - Nights Out (2008)

En cette fin des années 2000, certains groupes d'électroniques cachent en réalité des machines pop irresistibles prêtes à prendre possession de nos salons comme des dancefloors. Les Britanniques de Metronomy ont touché le jackpot avec leur deuxième album, "Nights Out" sorti l'année passée. Il faut dire que le quatuor fait preuve sur le disque d'une science assez poussée des synthés accrocheurs et des mélodies anguleuses. Ici, les titres "Heartbreaker" et "Back on the Motorway".

 

 

Secret.jpg97 : Buck 65 - Secret House Against the World (2005)

On a découvert le rappeur américain Buck 65 un après-midi d'août au festival Rock en Seine. Seul sur la grande scène, il balançait son flow impeccable de sa voix grave, présentant avant sa sortie quelques morceaux de son disque "Secret House Against the World". Marqué par son histoire amoureuse avec une jeune Française, l'album s'éloigne du hip-hop traditionnel pour explorer des territoires voluptueux et terriblement mélancoliques. Le ton se fait noir, aidé de notes de piano, d'une guitare acoustique ou d'arrangements de cordes. On ne s'en est jamais vraiment remis. Ici, les titres "The Floor" et "Blood of a Young Wolf".

 

 

the-horrors-primary-colours.jpg98 : The Horrors -
Primary Colors (2009)

En 2005, on était complètement passé à côté de leur premier album "Strange House" et c'était même avec une certaine méfiance que l'on regarfait ces héros britanniques de la scène Underage. Depuis, on a découvert le second essai de The Horrors, "Primary Colors", et on s'en mord un peu les doigts tant on est tombé sous le charme de ce rock sombre qui rappelle bien évidemment le début des années 1980 et la new-wave. Des références parfaitement assumées par un groupe en quête de sensations et d'intensité. Ici, les titres "Scarlet Fields" et "Sea within a sea".

 

 

 

Comets.jpg99 : Comets on fire - Avatar (2006)

Héritiers d'un rock américain aux guitares lourdes se laissant aller à de longues divagations inventives, les Comets on fire ont mis la barre très haut avec l'album "Avatar" publié en 2006 par Sub Pop. Il faut dire que la formation compte dans ses rangs Ben Chasny aussi connu pour son projet Six Organs of Admittance. Sur ce dernier disque sorti à ce jour, Comets on fire se laissait aller à un psychédélisme enchanteur. Ici, "Sour Smoke" et "Jaybird" en live.

 

 

passion-pit.jpg100 : Passion Pit - Manners (2009)

On avait été plus que charmé par le premier EP des Américains "Chunk of Change" et on a très vite adopté leur premier album "Manners" sorti au printemps et défendu dans ces colonnes. C'est dans l'euphorie dansante d'un Michael Jackson que les Passion Pit sont allés chercher leur bonne humeur et leur mélange de pop organique et sons synthétiques, nous avouaient-ils à l'été. S'ils ont encore un sacré chemin pour devenir les King of Pop du XXIe siècle, ils sont au moins sur la bonne voie. Ici, les titres "Moth's Wing" et "To Kingdom Come".

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu