Avertir le modérateur

02/01/2014

Top album 2013 : 46-50

 

MGMTMGMT.jpg46. MGMT - 
MGMT

 Il y a trois ans le deuxième album de MGMT, Congratulations, finissait dans notre Top 5 des albums de l'année. Il est peu dire que ce nouvel essai ne nous a pas autant séduit. L'ensemble comporte toutefois son lot de pop songs étrangement accrocheuses à commencer par "Alien Days" en ouverture ou l'imparable "Mystery Disease". Si on ne peut que se réjouir que les Américains s'entêtent à suivre des chemins de traverse, loin des tubes d'Oracular Spectacular, dommage dans le détail que tout ne soit pas de ce niveau d'inspiration-là. Au moins ces deux-là ne manquent pas d'humour.

 

 

Esben-WTSNOTF.jpg47. Esben and the Witch - 
Wash The Sins Not Only The Face

"Are you the answer or are you an echo ?" Cette simple question lancinante nous a hanté pendant des semaines, le morceau "The Fall of Glorieta Mountain" suffisant à imposer Esben and the Witch dans mon Top 50 de l'année. Derrière cette ballade obsédante, le vivant contraste entre des tons très doux et une tension sourde, presque rentrée. Le trio anglais manie à la perfection une pop rêveuse aux étranges accents fantomatiques. Quelque part entre la densité de Warpaint et la sensualité de Beach House.

 
astateofwar.jpg48. Poni Hoax - 
A State of War

Après le succès de leur titre "Antibodies", A State of War devait donc être l'album de la reconnaissance publique pour les Français de Poni Hoax. Aurait pu être dirons-nous tant les compositions de ce troisième disque font preuve d'un groove joliment maîtrisé. Une qualité qui fait défaut à bien d'autres albums rock. On a ainsi beaucoup mentionné une forme d'apparenté avec la musique des Doors. Et il est vrai que la voix de Nicolas Ker dégage une sensualité charismatique qui laisse difficilement insensible. La deuxième partie du disque peine malheureusement à décoller après une entame presque parfaite. Dans tous les cas, il faudra compter avec ces Poni-là.



JJay.jpg49. Jeremy Jay - 
Abandoned Apartments

Au meilleur de sa forme, le Jeremy Jay d'Abandoned Apartments prend des airs de Chromatics, la bande à Johnny Jewel. Ce qui venant de nous est plus qu'un sacré compliment. On retrouve chez l'Américain ce même goût pour le minimalisme des compositions pop, les instrumentaux cinématographiques et un chant qui souffle en permanence le chaud (timbre de crooner) et le froid (phrasé distant). Synthétique sans sonner rétro, ce nouveau disque séduit son atmosphère sombre et vénéneuse. Dans la lignée de Slow Dance, sans doute son meilleur disque à ce jour.   
 


girls-in-hawaii-everest.jpg50. Girls in Hawaii - 
Everest

En mai 2010, Girls in Hawaii perdait son batteur dans un accident de voiture. Trois années plus tard, le groupe belge remonte brillamment la pente avec un troisième album de pop synthétique explicitement hanté par le manque ("Misses") et la mort ("We are the living", "Not Dead"). Il y a du remous dans cette collection de onze titres habités et fougueux. Comme impatients d'arpenter de grands espaces. Il y a aussi beaucoup de mélancolie. C'est encore dans cet entre-deux fragile que ces brillants héritiers de Grandaddy sont les plus forts. A ce titre, les deux-trois morceaux les plus réussis de cet Everest sont tout simplement beaux à pleurer.
 


stromae-racine-carrc3a9e.png50 (bis). Stromae - 
Racine carrée

Doublé belge pour clore ce classement. Succès mérité de cette année 2013, Racine Carrée confirme l'intelligence d'un jeune chanteur de 28 ans à la plume bien acérée. Les textes de ce second album tapent de nouveau où ça fait mal (pères absents, maris volages, racisme...) sur des ritournelles toujours aussi accrocheuses et aux sonorités plus variées. Le résultat d'une histoire familiale complexe et d'un regard bienveillant mais tranchant sur ses contemporains. Soit une certaine idée d'une pop grand public mais de qualité. On adhère.

23/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 1-5

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 1-5.

KidB

arcade-fire-the-suburbs-nouvel-album-image-368864-article-ajust_650.jpg1 - Arcade Fire :
The Suburbs

Il y a tout juste douze mois, j'élisais ici même Funeral d'Arcade Fire comme mon disque préféré des années 2000. Belle fidélité donc pour le groupe canadien qui après le plus downtempo mais réussi  Neon Bible marque définitivement un grand coup avec The Suburbs. Plus riche que leurs disques précédents, l'album s'étend sur seize plages qui dessinent de passionnants territoires (la banlieue, l'adolescence...) et de grands sentiments. Peu de groupes manient aujourd'hui avec une telle maestria l'intime et le collectif. Un feu qu'on rêve de voir brûler encore bien des années.

 

National+High+Violet.jpg2 - The National :
High Violet

Difficile parfois pour nos groupes préférés de répondre aux attentes démesurées que l'on a à chaque album. Heureusement depuis Alligator, The National se donne beaucoup de peine pour ne pas nous décevoir. High Violet est ainsi un modèle d'album urbain dense, sombre, plein de petites peurs et d'énergie. Le groupe new-yorkais s'est aventuré dans des zones plus floues et plus flottantes encore que sur leurs disques précédents. Et reste à tout jamais le grand maître de la névrose contemporaine. Ah oui, et Matt Berninger reste quand même la plus belle voix que l'on connaisse au monde. Rien que ça.

 

MyBeautiful-DarkTwistedFantasy-300x300.jpg3 - Kanye West :
My Beautiful Dark Twisted Fantasy

On faisait partie des quelques fervents défenseurs de la parenthèse désenchantée 808's & Heartbreak, un de nos deux disques préférés de la précédente décennie (rien que ça). On ne boudera pas ce retour à la flamboyance et à la démesure d'un des artistes les plus doués de sa génération. Avec My Beautiful Dark Twisted Fantasy, Kanye West écrit le futur de la pop piochant ses sons chez des artistes aussi variés qu'Aphex Twin, Public Enemy et King Crimson. Un disque totalement jouissif, sans aucune limite, qui met (à peu près) tout le monde d'accord. 

 

mgmt_congratulations_cover.jpg4 - MGMT :
Congratulations

Avec leur premier album Oracular Spectacular, MGMT avait tout flambé. Porté par quelques tubes pop totalement géniaux ("Kids", "Time to pretend"...), le disque s'était fait connaître comme une traînée de poudre avant de quitter nos platines. Réussi, mais un poil vite lassant. Pour leur deuxième essai, Congratulations, sorti au printemps, l'effet fut exactement l'inverse. Un peu décontenancé mais séduit au début, l'album n'a cessé de grandir en nous tout au long de l'année et fait partie aujourd'hui de ces quelques disques qu'on ne se lasse toujours pas d'écouter. Car cette fois, le duo hype a soigné la construction de ces morceaux et ses mélodies offrant à l'auditeur une richesse de détails et de virages, là où jusqu'ici il se contentait d'une bonne vieille ligne droite. Un voyage des plus étranges et des plus passionnants. Congratulations !

 

pochettebeachhouse.jpg5 - Beach House :
Teen Dream

Il y a les disques brillants, fascinants, intelligents, et ceux (qui ont un peu de tout ça) dont on tombe amoureux. Dès la première écoute. Comme un coup de foudre. Teen Dream, troisième album du duo Beach House, est de ceux qui font naître comme cela des élans passionnés à coups d'hymnes pop sensuels et cotonneux. Le disque dessine de grands paysages tout en couleurs, portés par la troublante voix androgyne de Victoria Legrand et des choeurs chaleureux. Teen Dream souffle ainsi le chaud et le froid avec bonheur. Il nous tient à coeur de le défendre avec ardeur.

24/08/2010

Un clip, un jour #192 (MGMT)

MGMT - Congratulations

Loin de la hype qui a entouré leur premier album, les américains de MGMT continuent d'essaimer sur la Toile les titres de leur deuxième essai "Congratulations". Ici donc le morceau qui a donné son titre au disque, splendide ballade au slow tempo accompagnée d'une imagerie façon "Star Wars". Preuve que le duo est toujours aussi délicieusement barré.

KidB

21:45 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mgmt

16/06/2010

Un clip, un jour #160

MGMT - It's Working

Pendant que Luce efface François de l'histoire de "Nouvelle Star", on célèbre nos Nouvelle Star 2008 avec le clip de "It's Working", deuxième extrait du deuxième album de MGMT "Congratulations". Le titre a été mis en boîte par So Me, compagnon notamment des Français de Justice.

Kidb

23:31 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mgmt

10/02/2010

Un clip, un jour #102

MGMT - Time to Pretend

Le duo MGMT a annoncé hier la sortie de son deuxième album, "Congratulations", le 12 avril prochain. Le disque comprendra neuf titres ("It's Working", "Song for Dean Treacy", "Someone's missing", "Flash Delirium", "I Found a whistle", "Siberian Breaks", "Brian Eno", "Lady Dada's nightmare", Congratulations")  produits  par Sonic Boom (Spaceman 3) et mixé avec Dave Fridman déjà aux manettes du premier. Leur groupe de scène joue avec eux et Jennifer Herrema du groupe Royal Trux pose sa voix sur un morceau. En attendant, souvenirs, souvenirs avec "Time to Pretend".

KidB

23:28 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mgmt

28/12/2009

Top 100 des années 2000 : 26 30

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, c'est reparti. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 26-30.

KidB

Oracular_Spectacular-MGMT_480.jpg26 : MGMT -
Oracular Spectacular (2008)

La pop psychédélique a atteint des sommets l'an dernier avec le premier album des Américains de MGMT aux frontières du hard rock et d'une réjouissante inspiration enfantine. Mordant et joueur, le duo s'est ouvert la voie d'une reconnaissance internationale méritée. Avec notamment à son actif, quelques tubes imparables comme ce "Time to pretend" programmatique ou "Kids". 

 

6607-lullabies-to-paralyze.jpg27 : Queens of the Stone Age -
Lullabies to paralyze (2005)

Auteurs ces dix dernières années de quelques albums de rock musclés et accrocheurs, les Queens of the Stone Age ont incontestablement marqué la décennie. Leur album "Song of the deaf" et le tube "No one knows" aurait pu faire partie de ce top. On a préféré la séduction plus pernicieuse du disque suivant "Lullabies to paralyze" où la bande de Josh Homme a prouvé qu'elle n'avait décidément pas besoin des talents de Nick Oliveri. Ici, les titres "In my head" et "This Lullaby".

 

outkast-speakerboxx-lovebelow.jpg28 : Outkast - Speakerboxxx /
The Love Below (2003)

Belle émulation que ce "Speakerboxxx / The Love Below" où Big Boi et Andre 3000 décident de bosser chacun de leur côté pour livrer deux disques solos réunis en un seul album. Résultat, on tient ici le meilleur album de rap de la décennie flirtant avec délectation avec la pop et le R'n'B. Des deux parties, notre préférence va aux compositions d'Andre 3000 et son tube "Hey Ya!" qui aujourd'hui encore nous refile la banane à chaque écoute. Ici, avec "The Way you move".

 

chromatics.jpg29 : Chromatics -
Night Drive (2007)

Belle révélation que ces Chromatics, popularisés par le label Italians do it better. Le trio formé autour de Johnny Jewel livre d'envoutantes compositions synth pop minimalistes parfaites pour accompagner nos rêveries nocturnes. En route avec les titres "Night Drive" et "Running up that hill".

 

timberlake.jpg30 : Justin Timberlake -
Futuresex / Lovesounds (2006)

Lancé par le mouvement Boys Band, Justin Timberlake s'est refait une virginité en collaborant pour son deuxième album solo avec les producteurs Timbaland ou Rick Rubin. Son R'n'B ouvrait la voie de sons modernes et accrocheurs, fusionnant pop, électronique et hip hop, avec une jambe sur la piste de danse, l'autre enlacée autour de sa partenaire. Visionnaire. Ici, les titres "My Love" et "Chop me up".

22/09/2009

Kid Cudi a bien grandi

kidCcover.jpg

Kid Cudi – Man on the moon : the end of day (J'AIME : Beaucoup)

« Man on the moon : the end of day », le premier album de Kid Cudi ne manque pas d’arguments pour attirer notre attention. D’abord, on y trouve deux collaborations de nos chouchous, le duo électro-rock Ratatat et leur son psyché reconnaissable entre tous. Puis il y a la présence de MGMT sur un titre, Common à la narration et, sans surprise, le grand Kanye West à la production. Kid Cudi, originaire de Cleveland, avait collaboré l’an passé à l’écriture de plusieurs titres de l’album « 808’s & Heartbreak ».

« Man on the Moon » se situe d’ailleurs clairement dans la lignée du chef d’œuvre de Kanye West, avec son instrumentation minimaliste faite de rythmiques légères, de boucles de synthés et d’arrangements de cordes. Le flow coulant de Kid Cudi entre phrasé parlé et chant mellow éloigne un peu plus les compositions d’un hip-hop traditionnel pour basculer dans un univers pop biberonné au rap comme au rock ou à l’électro. Il manque juste au jeune débutant le jusqu’auboutisme et l’efficacité de Kanye pour pouvoir prétendre jouer dans la même cour que son aîné.

La revanche de l’ado mal dans sa peau

Construit comme un film en cinq actes, le disque raconte l’histoire d’un jeune homme solitaire, traumatisé par la mort de son père, qui prendra sa revanche sur le monde en devenant une star du rap. Kid Cudi y expose sans fard les cicatrices de son adolescence. « They all didn’t see / The little sadness in me », clame-t-il sur « Soundtrack 2 my life ». « My World » est de même un petit bijou de mélancolie autour d’un enfant enfermé dans sa chambre. Quant au tube « Day N Nite », c’est un morceau hanté par une solitude cachée derrière un entêtant gimmick de synthé.

Mais heureusement Kid Cudi n’est pas du genre à baisser les bras. Porteuse d’un message d’espoir, sa musique nous pousserait même plutôt à les lever sur les pétillants « Enter Galactic » ou « Up, up & Away ». De « Cudi Zone » à « Pursuit of Happiness » avec MGMT et Ratatat, « Man on the Moon » est une célébration des drogues douces, du sexe (« Make Her Say » avec Common et Kanye West samplant le « Poker Face » de Lady Gaga) et du pouvoir de l’imagination. Ou comment parvenir à s’envoyer en l’air et décrocher la lune. A 25 ans, la fusée Kid Cudi a en tout cas réussi son lancement. A lui de prouver qu’il peut aller encore plus haut.

KidB

Day N Night (Crookers remix) :  

Make Her Say (feat. Kanye West et Common) : 

Pursuit of happiness (feat. Ratatat et MGMT) :

 

14:04 Publié dans Rap | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : kid cudi, ratatat, mgmt, kanye west

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu