Avertir le modérateur

15/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 41-45

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 41-45.

KidB

LP4_cover.jpg41 - Ratatat :
LP4

On ne cessera ici de clamer haut et fort notre admiration pour la musique de Ratatat, ce duo installé à New York qui a su créer son propre son à l'aide d'une guitare, d'un clavier et tout un tas d'effets. Loin d'être répétitive, cette signature se déploie toujours plus loin comme sur les treize morceaux de ce LP4 qui font aussi appels à des cordes et des percussions orientales. Ratatat, le bon son d'aujourd'hui.

Minitelrose.jpg42 - Minitel Rose :
Atlantique

Décomplexés les petits Frenchy, eh ouais ! Avec son premier album Atlantique, Minitel Rose délaisse un peu au placard les références années 1980 de ces premiers EP pour prendre le large. Le résultat est tubesque et festif à souhait à coups de bons gros gimmicks de synthés et de refrains accrocheurs. Un disque dont on n'a pas fini de faire le tour dans les salons comme dans les dancefloors.


best-coast-crazy-for-you-cover-art.jpg43 - Best Coast :
Crazy for you

Go West, young boy ! Et donc la critique rock redécouvrit en 2010 la Californie et ses hymnes pop rock pleins de choeur et de sueur. A commencer par ceux de Best Coast qui surfent avec brio sur une certaine naïveté adolescente portée par la voix troublante de Bethany Cosentino. Deux minutes douche comprise. "I Wish he was my boyfriend..." .

 

innerspeaker_cover_12--_2.jpg44 - Tame Impala :
Innerspeaker

La tendance est au retour du psychédélisme. Ce qui ne peut que nous réjouir quand on écoute les Australiens de Tame Impala. Leur rock entêtant se déploie avec majesté sur leur premier album Innerspeaker sorti par Modular. Et plutôt que de se laisser aller à de longues envolées de vingt minutes sous acide, le combo a eu la bonne idée de se restreindre à des formats restreints. Plus de cinquante ans plus tard, une des meilleures réponses au Revolver des Beatles.

 

Stromae - Cheese - cover.jpg45 - Stromae :
Cheese

Il y a d'abord un des gros tubes de l'année, "Alors on danse". Mais pas que. Le Belge Stromae s'est imposé comme une des belles révélations de 2010 à coup d'hymnes désespérés sur des instrumentations dance auxquelles il est très difficile de résister. La combinaison qui tue.

15/05/2010

Un clip, un jour #141

Ratatat - Party with Children

Ca y est les amis, la crise est là. La preuve avec ce clip de "Party with Children" de Ratatat. Le titre qui lance la machine "LP4" attendu pour le 8 juin. Sauf que là on se retrouve juste avec un foutu oiseau sur fond vert, qui bouge un peu la tête. A l'heure des clips luxueux de Lady Gaga, un peu cheap. Mais bon le duo américain reste une des rares formations à avoir inventer un son ces dix dernières années. On ne s'en lasse toujours pas. Mais bon un petit effort sur le service après-vente les gars.

KidB

11:31 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ratatat

13/12/2009

Top 100 des années 2000 : 71-75

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, next. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 71-75.

 

RatatatClassicsXL.jpg71 : Ratatat - Classics (2006)

En l'espace de trois albums, le duo new-yorkais Ratatat a inventé un son bien à lui basé sur un alliage instrumental répétitif de guitares et de mélodies aux synthés. On ne sait pas trop l'expliquer, mais cette musique nous fait l'effet d'une drogue dure à laquelle on revient sans cesse sans jamais se lasser. Ici, les titres "Lex" et "Swisha".

 

Atlas sound - logos.jpg72 : Atlas Sound - Logos (2009)

Psychédélique, vaporeux, euphorique... "Logos", deuxième album solo de Bradford Cox sous l'alias d'Atlas Sound, est un disque de pop électronique bien de son époque. Inventif et chaleureux, le chanteur de Deerhunter s'y révèle une nouvelle fois un compositeur de génie exprimant aussi bien la déprime cotonneuse que la joie d'être sur terre. Signe de qualité, Bradford invite au passage Noah Lennox des défricheurs Animal Collective à chanter avec lui. Ce "Logos" est indiscutablement est un des chefs-d'oeuvre de cette année. Ici, les titres "Sheila" et "Quick Canal".

 

calexico.jpg73 : Calexico -
Feast of wire (2003)

Déjà bien engagés à la fin des années 1990, les Américains de Calexico ont continué pendant la décennie 2010 a porté haut le flambeau de la musique de Tucson, entre pop et rock avec de fortes influentes hispanisantes. "Feast of fire", sorti en 2003, reste peut-être pour l'heure leur plus beau disque à ce jour. On y retrouve en tout cas cette magnifique "Sunken Waltz" et l'immense "Black Heart".

 

Hot_Chip-The_Warning-Frontal.jpg74 : Hot Chip -
The Warning (2006)

En achetant, en 2004, le sympathique album "Coming on strong", on ne se doutait pas que deux ans plus tard Hot Chip deviendrait un de nos combos électro-pop favoris. Le disque qui a tout changé s'appelle "The Warning". Il contient notamment un des grands tubes de cette décennie avec "Over and over" mais pas que. Depuis, les Britanniques ont livré l'aussi réussi "Made in the dark" en attendant l'an prochain l'album "One Life stand". Ici, les titres "Over and over" et "No Fit state".

 

editors_backroom.jpg75 : Editors -
The Back Room (2005)

En 2005, les Britanniques de Editors sortaient avec "The Back Room" un joyau noir de rock new wave. Brut et tout en guitares anguleuses, le disque enchaîne les refrains et les riffs entêtants, porté par la voix profonde du chanteur Tom Smith. Après un deuxième essai un poil décevant, le groupe s'est bien repris cette année avec l'album "In this light and on this evening". Ici, les titres "Fingers in the factories" et "Fall".

28/10/2009

Un clip, un jour #23

Ratatat - Mirando

Il y a des petits groupes qu'on affectionne sans comprendre pourquoi tout le monde ne partage pas notre enthousiasme. C'est le cas des Américains de Ratatat, auteurs de trois disques de rocks brillants où les synthés tiennent le haut de l'affiche. Ici la vidéo de "Mirando", réalisée par  E*VAX, extrait de l'album "LP3".

KidB

22:59 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ratatat, e*vax

22/09/2009

Kid Cudi a bien grandi

kidCcover.jpg

Kid Cudi – Man on the moon : the end of day (J'AIME : Beaucoup)

« Man on the moon : the end of day », le premier album de Kid Cudi ne manque pas d’arguments pour attirer notre attention. D’abord, on y trouve deux collaborations de nos chouchous, le duo électro-rock Ratatat et leur son psyché reconnaissable entre tous. Puis il y a la présence de MGMT sur un titre, Common à la narration et, sans surprise, le grand Kanye West à la production. Kid Cudi, originaire de Cleveland, avait collaboré l’an passé à l’écriture de plusieurs titres de l’album « 808’s & Heartbreak ».

« Man on the Moon » se situe d’ailleurs clairement dans la lignée du chef d’œuvre de Kanye West, avec son instrumentation minimaliste faite de rythmiques légères, de boucles de synthés et d’arrangements de cordes. Le flow coulant de Kid Cudi entre phrasé parlé et chant mellow éloigne un peu plus les compositions d’un hip-hop traditionnel pour basculer dans un univers pop biberonné au rap comme au rock ou à l’électro. Il manque juste au jeune débutant le jusqu’auboutisme et l’efficacité de Kanye pour pouvoir prétendre jouer dans la même cour que son aîné.

La revanche de l’ado mal dans sa peau

Construit comme un film en cinq actes, le disque raconte l’histoire d’un jeune homme solitaire, traumatisé par la mort de son père, qui prendra sa revanche sur le monde en devenant une star du rap. Kid Cudi y expose sans fard les cicatrices de son adolescence. « They all didn’t see / The little sadness in me », clame-t-il sur « Soundtrack 2 my life ». « My World » est de même un petit bijou de mélancolie autour d’un enfant enfermé dans sa chambre. Quant au tube « Day N Nite », c’est un morceau hanté par une solitude cachée derrière un entêtant gimmick de synthé.

Mais heureusement Kid Cudi n’est pas du genre à baisser les bras. Porteuse d’un message d’espoir, sa musique nous pousserait même plutôt à les lever sur les pétillants « Enter Galactic » ou « Up, up & Away ». De « Cudi Zone » à « Pursuit of Happiness » avec MGMT et Ratatat, « Man on the Moon » est une célébration des drogues douces, du sexe (« Make Her Say » avec Common et Kanye West samplant le « Poker Face » de Lady Gaga) et du pouvoir de l’imagination. Ou comment parvenir à s’envoyer en l’air et décrocher la lune. A 25 ans, la fusée Kid Cudi a en tout cas réussi son lancement. A lui de prouver qu’il peut aller encore plus haut.

KidB

Day N Night (Crookers remix) :  

Make Her Say (feat. Kanye West et Common) : 

Pursuit of happiness (feat. Ratatat et MGMT) :

 

14:04 Publié dans Rap | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : kid cudi, ratatat, mgmt, kanye west

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu