Avertir le modérateur

27/12/2011

Top albums 2011 : 21-25


james-blake-album-cover-300x300.jpg21 : James Blake -
James Blake

Justice avait explosé en remixant Simian. James Blake lui s'est imposé en sublimant une chanson de Feist "Limit to your love". La mélodie au piano est entêtante offrant une parfaite introduction à l'univers vaporeux et fragile du Britannique âgé de 23 ans. Fantomatique, emprunte de soul et de jazz, l'électronique du jeune homme tourne le dos au dancefloor pour aller vers l'émotion, laissant la part belle aux claviers, aux silences et aux voix trafiquées. Les machines sont domptées, en lien direct avec le coeur.


washedout.jpg22 : Washed Out -
Within and Without

Electronique encore avec l'Américain Ernest Greene alias Washed Out, mais cette fois sur une pente plus chill et sensuelle, comme le suggère la pochette de l'album Within and Without. Les rythmiques et boucles répétitives dessinent un univers solaire, véritable invitation à la danse d'un dimanche après-midi plutôt qu'un samedi soir. Le tout est teinté d'une légère touche psychédélique. Entêtant à souhait.


toroymoi.jpg23 : Toro y Moi -
Underneath The Pine

Avec Memory Tapes et Washed Out qui le précède dans ce classement, l'Américain Chaz Bundick alias Toro y Moi fait figure de bidouilleur surdoué. Egalement apparentée au mouvement chillwave, sa musique électronique prend des atours mélodique et sensuel particulièrement efficaces sur ce deuxième album studio Underneath The Pine. Si la pochette du disque a quelque chose de la faute de goût, les morceaux, eux, à l'inverse, délaissent le kitsch un peu toc pour une sensibilité planante et soul. Une belle découverte.


Salem-Album-Cover1.jpg24 : Salem - King Night

Paru en tout début d'année et chroniqué ici-même, l'album de Salem fait encore figure aujourd'hui d'énigme mystérieuse dont on aurait pas vraiment trouvé la solution. King Night mêle de manière très singulière électronique planante et rythmique hip-hop sur fond de chant déformé au vocoder. Le plus étrange finalement, c'est que la formule prend et donne une revigorante potion magique goûtée nulle part ailleurs. Une sorte de M83 qui aurait viré au cauchemar. Un disque qui de "Asia" à "Trapdoor" nous hante littéralement.


the-soft-moon.jpg25 : The Soft Moon -
Soft Moon

Les Américains de The Soft Moon ont incarné cette année, au côté de leurs brillants compatriotes de Crystal Stilts, la mise à jour la plus convaincante d'un post-punk intense et sombre à souhait dans la difficile lignée de Suicide et de Joy Division. Distorsions de guitare, chant grave et profond, rythmiques diaboliques... Rien ne manque à la panoplie sans joie donc de la bande des quatre de San Francisco. Dès "Breathe the fire" en ouverture, on est happé par la noirceur, qui jusq'au bout maintiendra sa délicieuse étreinte.

18/01/2011

Les apprentis sorciers de Salem

SALEM.jpg
Salem - King Knight
 
Leur imagerie nous promet les enfers, mais leur musique nous amènera peut-être au paradis. Tel est un des nombreux paradoxes qui entourent les Américains de Salem. Ce trio originaire du Michigan s’est fait connaître en 2008 avec le titre Yes I Smoke Crack avant de sortir en septembre dernier son premier album King Knight. Celui-ci vient tout juste de bénéficier d’une publication en format CD en France. D’où une importante couverture presse, un peu à retardement.
 
La musique de Salem est pourtant bien dans son époque : sombre et mutante. Le son du trio a quelque chose d’indéfinissable entre électronique rêveuse, puissance des boites à rythmes et forte influence hip-hop. Des éléments hétéroclites que l’on retrouve jusque dans les mixtapes ou les remix du combo (du rappeur Gucci Mane à Radiohead). Complètement vrillée, cette musique a la force d’un Fuck Buttons qui sortirait s’encanailler la nuit.
 
Ombres et lumières
 
Salem manie ainsi des textures très complexes qui accumulent les couches de son. Le combo se joue beaucoup des contrastes entre des lignes d’ombres (saturations, infrabasses) et de lumières (mélodies synthétiques), entre dureté et douceur. Ce jeu de collage est utilisé avec beaucoup de brio au niveau des voix avec d’un côté des timbres masculins au flow alangui durcis par des effets et de l’autre des vocalises féminines éthérées.
 
Des onze titres de l’album, on retiendra tout particulièrement la puissance mélodique de King Knight en introduction, l’élan mystique de Frost, le flow rappé maladif de Sick ou de Hound ou encore l’entraînante noirceur de Killer. Bande originale d’un long cauchemar d’hiver, le disque n’a pas fini d’hanter nos nuits comme nos jours.
KidB

13:32 Publié dans Electro | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : salem

26/12/2010

Un clip, un jour #207 (Salem)

Salem - Asia

Autre espoir 2011 que le trio électro Salem. Ces Américains pratiquent une musique blafarde et saccadée qui nous apporte un peu de lumière du plus profond de l'obscurité. Ici la vidéo macabre du titre "Asia", extrait de leur premier album "King Knight" à paraître en France le 3 janvier. Une bonne manière de débuter l'année.

KidB

SALEM - ASIA from SALEM on Vimeo.

18:50 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : salem

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu