Avertir le modérateur

20/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 16-20

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 16-20.

KidB

Sufjan-Stevens-The-Age-Of-Adz-Album-Art.jpg16 - Sufjan Stevens :
The Age of Adz

Retour en forme et en force pour Sufjan Stevens. Le génie pop américain a sorti en cette fin d'année un brillant E.P. suivi de ce The Age of Adz où ses mélodies limpides se frottent à d'étranges textures électroniques. Son univers s'en retrouve métamorphosé comme transporté vers un futur où humains et machines cohabitent en harmonie pour offrir une écriture mutante renouvelée. Sans perdre une once de son âme.

 

cpwoc.jpg17 - Phantom Buffalo :
Cement Postcard With Owl Colours

Si l'on devait expliquer pourquoi la pop de Phantom Buffalo reste confinée à un tel niveau de confidentialité, on serait bien embêté. Toutes guitares dehors, le groupe américain offre une nouvelle fois avec Cement Postcard With Owl Colours d'entêtantes mélodies profondément touchantes. Le genre d'amis qu'on a envie de prendre par l'épaule pour le remercier d'être là et lui murmurer au creux de l'oreille que tout ira bien. Adoptez-les, vous n'aurez pas à le regretter.

 

four_tet_there_is_love_in_you.jpg18 - Four Tet :
There is love in you

Tout a commencé avec la chanson "Sing" qui dès l'introduction vous happe pour vous recracher heureux six bonnes minutes plus tard. Ensuite vint le reste et voilà que There is love in you s'impose comme le meilleur album électronique de l'année. L'Anglais Kieran Hebden fait chanter les machines avec grâce variant à loisir les rythmes, les formats, les textures et les ambiances. Avec amour comme le dit le titre. Une maîtrise de son art qui fait du bien aux oreilles.

 

lcd-soundsystem-london-sessions.jpg19 - LCD Soundsystem :
London Sessions

LCD Soundsystem a sorti cette année un nouvel album réussi This is happening, mais surtout proposé à peu près ce qui pouvait se faire de plus performant en terme de live. James Murphy et sa bande ont donc mis le feu sur scène un peu partout cet été avant d'enregistrer cette London Sessions. Le résultat n'est bien sûr pas tout à fait à la hauteur des shows, mais il donne une idée de cette incroyable maîtrise du groove et de la manière dont James Murphy tient la barre haranguant la foule. Un beau témoignage.

 

Warpaint-The-Fool.jpg20 - Warpaint :
The Fool

Les Américaines de Warpaint n'ont jamais cherché la facilité. Leur musique dense avance doucement à travers de douces déflagrations de guitares et de rythmiques. Plus que la pure mélodie, c'est une certaine idée du groove qui se déploie ici. Un psychédélisme alangui par la chaleur des voix qui prennent progressivement le dessus, s'élèvent. Un rock sombre et tordu donc qui offre bien des présents à qui sait les chercher.

20/08/2010

Sufjan Stevens delighted

sufjan.jpg
 
C'est un peu comme si le père noël frappait à votre porte avec quatre mois d'avance. Sufjan Stevens que l'on avait laissé sur son drôle de projet de musique pour autoroute revient d'un coup sans rien dire avec huit nouveaux titres. Le plaisir de retrouver sa douce voix et ses drôles d'arrangements soyeux qui font notre bonheur depuis maintenant quelques années.
 
Ses nouveaux morceaux, allant de 3 à 17 minutes peuvent être écoutés ci-dessous ou bien acheté pour la somme de 5 dollars à ce lien. Le tout pourrait être mis en vente en format CD et vinyl pour la noël. Merci père Sufjan !
KidB

31/12/2009

Top 100 des années 2000 : 11-15

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, le Top 10 approche. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 11-15.

KidB

noir desir.jpg11 : Noir Désir -
Des visages des figures (2001)

Sorti le 11 septembre 2001, "Des visages des figures" semble presque nous provenir aujourd'hui d'un autre siècle. D'un siècle où Noir Désir était ce qui se faisait de mieux de par chez nous, d'un siècle où Bertrand Cantat était reconnu pour la force et la rigueur de ses engagements plus que les colonnes des faits divers. "Des visages des figures" était alors le disque le plus abouti du groupe, le plus ouvert au monde, le plus mélodique aussi avec encore tout ce qu'il faut de rage rentrée. Ici, "Le vent nous portera" et "Lost".

 

4771-the-libertines.jpg12 : The Libertines -
The Libertines (2004)

Sur leur second album éponyme, Pete Doherty et Carl Barat affichaient aux yeux du monde leurs tensions dès l'introduction "Can't stand me now". Il était temps de mettre les cicatrices à nues. La déchirure serait profonde puisque le jeune groupe britannique ne s'en remettrait jamais, nous non plus tant on était attaché à ce romantisme frondeur et ses guitares accrocheuses qui contenaient ici un peu plus de coeur que sur "Up the bracket". Les titres "What Katie did" et "France", bonus caché du disque.

 

tv-on-the-radio-dear-science.jpg13 : TV on the radio -
Dear Science (2008)

Monstre impressionnant à la frontière de la pop, du rock et de la soul, "Dear Science", troisième album des TV on the radio démontre à quel point les Américains maîtrisent désormais leur art. L'alchimie ici est parfaite entre de douces voix qui nous attirent vers le ciel et une instrumentation plus lourde qui nous accroche à la terre. Entre le paradis et l'enfer, les titres "DLZ" et "Family Tree".

 

11-sufjan-stevens-casimir-pulaski-day.jpg14 : Sufjan Stevens -
Come on feel the Illinoise (2005)

Sans doute le plus intrigant projet de la décennie. Sufjan Stevens s'était mis un moment en tête de mettre en musique les cinquante Etats amércains. Pour l'instant, l'ensemble, qui semble sérieusement battre de l'aile, se limite à deux très beaux albums de pop symphoniques remplis d'arrangements rayonnants. Plus que "Michigan", on chérit cet "Illinoise" sur lequel Sufjan démontre toute la puissance et la variété de son songwriting. Ici, "John Wayne Gacy, JR" et "Chicago".

 

primal-scream-xtrmntr.jpg15 : Primal Scream -
XTRMNTR (2000)

Plébiscités jusque là pour la pop psychédélique et dansante de "Screamadelica" sorti près de dix ans plus tôt, les Primal Scream ont prouvé en 2000 qu'il fallait toujours compter sur eux avec un album d'électronique imaginé comme la bande-son parfaite d'un monde en pleine déshumanisation. Des sons durs et étrangement envoûtants. Ici, les titres "Exterminator" et "Shoot speed/Kill Light".

17/11/2009

Sufjan Stevens trace sa route

Sufjan.jpg

Sufjan Stevens – The BQE (J’AIME : Beaucoup)

Pas de nouvelles depuis trois ans et ses chansons pour noël déposées au pied du sapin puis voilà que Sufjan Stevens met les bouchées doubles. L’artiste américain livre pas moins de deux disques cet automne. A l’écriture classique de « Run Rabbit Run », réorchestration à l’aide du quatuor à cordes Ossos de l’album électronique de 2001 « Enjoy Your Rabbit », on préférera « The BQE ».

« The BQE » est à l’origine une série de trois concerts donnés en 2007 par Sufjan Stevens autour d’un film hommage réalisé pour une sorte d’autoroute new-yorkaise – The Brooklyn-Queens Expressway – et de sa bande-son. Le projet renaît aujourd’hui sous la forme d’un coffret comprenant un DVD du moyen métrage projeté et d’un CD incluant les treize morceaux composés pour l’occasion par l’artiste.

Instrumentations soignées

Terminée la pop song. Ici, Sufjan Stevens laisse sa voix au repos se concentrant uniquement sur l’écriture symphonique. Mais que les fans des derniers albums ne s’inquiètent pas, ils vont s’y retrouver. Alternance de vrais titres et de courts interludes, « The BQE » renoue avec les instrumentations soignées d’« Ilinoise » mariant avec talent cuivres, cordes et claviers.

Après un démarrage littéralement en fanfare, on est transporté par la beauté de la mélodie au piano du 1er mouvement : « In the countenance of kings ». Avant que la « Dream Sequence » et ses chœurs vire à l’expressif cauchemar. « Traffic Shock » introduit par la suite quelques étranges touches d’électronique. Puis le dernier mouvement se termine dans la fantaisie et l'allégresse. On ne se lasse pas de voyager avec Sufjan Stevens.

KidB

Movement I : In the countenance of kings :

Dream Sequence :

Traffic Shock :

23:53 Publié dans pop | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sufjan stevens

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu