Avertir le modérateur

18/12/2011

Top albums 2011 : 36-40

Ces douze derniers mois sont sortis des centaines et des centaines de disques différents, dont on a pris le temps d'écouter qu'une partie. Exercice traditionnel de la fin d'année, voici le classement des 50 albums qui m'ont le plus accompagné tout 2011 (pas des meilleurs donc), avec sans surprise une forte dominante pop-rock. On ne se refait pas. 

Bonne écoute,

KidB

woodsSun&shade.jpg36 - Woods :
Sun and Shade

Très belle surprise que le folk/rock aux teintes psychédéliques de Woods. Les Américains alternent courtes ballades bucoliques boisées de deux-trois minutes et longs trips répétitifs dissonnants de huit-neuf minutes. La tonalité d'ensemble reste toutefois plutôt douce portée par le chant plaintif de Jeremy Earl. De "Pushing Onlys" en ouverture à "Out of the eye", "Sol y Sombra" ou "Wouldn't Waste", Sun and Shade enchaîne les morceaux de bravoures intimes et épiques.


housse-de-racket-alesia.jpg37 - Housse de Racket :
Alesia

En 2008, leur premier album Forty Love leur avait valu un début de reconnaissance largement mérité. Les Français de Housse de Racket font mieux que confirmer avec Alesia produit, comme The Rapture ou Phoenix avant eux, par Philippe Zdar. Nous voilà donc ici en territoire pop synthétique, ouvert aux guitares. Alignant les tubes en puissance, le groupe perd ici en humour ce qu'il gagne en efficacité et en fraîcheur. Avec une science pointue des changements de rythmes et des mélodies alambiquées. Du bel ouvrage.

 

painscov452.jpg

38 - The Pains of Being Pure at Heart : Belong

Dur de résister à l'euphorie que génère la pop grésillante de The Pains of Being Pure at Heart. Pour leur deuxième album Belong, les Américains poursuivent l'exploration d'une veine romantique, mais toutes guitares dehors. A cent à l'heure défilent ainsi les éternels problèmes d'amour non partagés, de sentiments d'isolement, de rêves d'échanges sensuels inaboutis. Et, au final, la joie de communier autour d'une étrangeté partagée.


the-roots-undun-album-cover1.jpg39 - The Roots :
Undun

Les disques s'accumulent avec toujours la même classe. The Roots livre en cette fin d'année avec Undun un album-concept réussi autour de la survie d'un jeune homme dans un univers hostile. D'abord centrées sur les textes, les chansons très courtes dans l'ensemble (quatorze titres pour moins de 40 minutes) déploient une vision très ouverte du hip-hop piochant aussi bien dans la soul, le rock ou le jazz. Le flow de Black Thought fait toujours merveille. A noter, après Jim James de My Morning Jacket sur le disque précédént, c'est cette fois-ci Sufjan Stevens qui vient poser sa voix.


black-lips-arabia-mountain.11-284x284.jpg40 - Black Lips :
Arabia Mountain

On était jusqu'ici peu sensible au rock foutraque des Black Lips. Puis vint l'album Arabia Mountain où la folie était d'un coup domptée par les mélodies, le temps de courtes cavalcades de deux-trois minutes à commencer par le superbe "Family Tree" en ouverture. Voix rocailleuse, riffs endiablés... le reste suit à cent à l'heure entre sonorités rétros et rythmiques modernes.

17/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 31-35

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 31-35.

KidB

Tricky - Mixed race.jpg31 - Tricky :
Mixed Race

Le retour en forme se confirme pour Tricky. Après le déjà très bon Knowle West Boy sorti en 2008, le Britannique va droit à l'essentiel avec Mixed Race, soit dix chansons d'une durée dépassant rarement les trois minutes et brassant un spectre musical des plus larges flirtant avec l'électro, le rock, la world music et la pop. Tricky y replonge de manière touchante dans ses racines britanico-jamacaïne et son adolescence passée pas loin de petits voyous. Un des plus passionnants citoyens du monde.

 

Chew-Lips-Unicorn.jpg32 - Chew Lips :
Unicorn

Trio électro-pop, Chew Lips a fait le choix payant pour son premier album Unicorn de s'éloigner des dancefloors pour proposer une musique plus longue en bouche. Celle-ci se construit donc autour du charisme de la chanteuse Tigs et de productions très fines, délaissant le côté froid des machines pour aller vers d'entêtantes mélodies presqu'un peu soul. Si on ajoute à cela quelques refrains bien sentis, on finit avec une des belles révélations de cette année.

 

the-roots-how-i-got-over.jpg33 - The Roots :
How I Got Over

Autre bel exemple d'un rap parti s'ouvrir ailleurs comme par peur d'étouffer : The Roots. Avec How I Got Over, le génial groupe de Philadelphie fait une nouvelle fois la démonstration de son intelligence, de sa maîtrise instrumentale et de la force de son flow. C'est ici le piano qui vient apporter un peu de douceur à un disque touchant de fragilité comme sur ce "Dear God 2.0" porté par la voix de Jim James de My Morning Jacket. On ne s'en est pas encore totalement remis.

 

trentemoeller.jpg34 - Trentemoller :
Into the Great Wide Wonder

En 2005, son premier album The Last Resort avait marqué les esprits de nombreux amateurs de musique électronique. Cinq ans plus tard, Into The Great Wide Wonder de Trentemoller suit exactement le même chemin. Entre-temps, la musique, elle, a bien évolué. Moins pur et dur, le Danois dessine ici des paysages bien en chair aidé sur une partie des morceaux de guitares et de voix féminines sensuelles. Envoûtant.

 

wild-nothing-gemini-cover-art.jpg35 - Wild Nothing :
Gemini

Bienvenue dans l'univers sensible de Jack Tatum, alias Wild Nothing. Sur son premier album Gemini, l'Américain se fait orfèvre d'une pop sombre et cotonneuse, parfaite pour accompagner nos longues nuits d'insomnie. On s'y arrête au détour d'une mélodie pour jouer du xylophone. On y tape dans les mains avant d'enchaîner sur une comptine électronique. Un doux foutoir qui à écouter de jour est très bien aussi.

22/06/2010

Un clip, un jour #165

The Roots - Dear God 2.0

Si c'est la voix de Jim James (My Morning Jacket, Monster of Folk) qui ouvre ce frissonnant "Dear God 2.0", on est bien chez les Américains de The Roots. Les rappeurs sortent aujourd'hui un nouvel album des plus réussis, ouvert sur le folk et la pop, : "How I Got Over". Intime, enagé, émouvant. Tout ce qu'on aime.

KidB

18:55 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : the roots

09/12/2009

Un clip, un jour #65

The Roots - How I Got Over

Les Américains de The Roots sortiront l'an prochain leur nouvel album "How I Got Over", dont voici le premier extrait eponyme.

KidB

23:43 Publié dans Un clip, un jour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the roots

Top 100 des années 2000 : 91-95

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, on enchaîne. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 91-95.

 

Nino rojo.jpg91 : Devendra Banhart -
Nino Rojo (2004)

2004 a été une année faste pour Devendra Banhart. En sortant deux albums coup sur coup, "Rejoicing in the hands" et ce "Nino Rojo", le chanteur à la voix chevrotante est devenu en quelques mois le porte drapeau du renouveau du folk alternatif. Si depuis, l'Américain dérive peu à peu vers des territoires pop plus variés et plus complexes, nous on se lasse toujours pas de ses simples mélodies sussurées à la guitare. Ici, les titres "A Ribbon" et "At the hop".


 

arctic-monkeys-humbug.jpg92 : Arctic Monkeys -
Humbug (2009)

C'est dans la durée que l'on voit si les sensations d'un jour en ont vraiment dans le ventre. Dans le cas d'Alex Turner, jeune leader des Arctic Monkeys, le doute n'est plus permis. Après deux albums très remarqués avec sa formation, le chanteur britannique a enchaîné en un an le superbe disque de pop rock retro des Last Shadow Puppets, "The Age of Understatement", composé avec son pote Miles Kane de The Rascals, et le troisième effort des singes savants enregistré dans le désert avec Josh Homme des Queens of the Stone Age. Moins brut de décoffrage que les premiers albums du groupe, "Humbug" gagne en complexité et en séduction et s'impose comme un des sommets rock de cette année. Ici, les titres "Fire and the Thud" et"Cornerstone".

 

The_Roots_Phrenology_L.jpg93 : The Roots - Phrenology (2002)

Découverts à la fin des années 1990 avec l'irresistible tube "You Got Me", The Roots sont devenus depuis un des groupes de rap les plus respectés et vénérés de la planète. Leur cinquième album "Phrenology", sorti en 2002, a largement fait avancer la cause. On y retrouve ce goût des instrumentations organiques brassant influences hip-hop, soul mais aussi rock et jazz et intégrant même des samples de l'artiste contemporain Steve Reich. Côté invités de luxe, on dénombre Nelly Furtado, Talib Kweli ou Jill Scott. On écoutera ici les titres "The Seed 2.0" et "Break you off".

 

 

creve_coeur.jpg94 : Daniel Darc -
Crêvecoeur (2004)

Pour un jeune amateur de pop né en 1981, Daniel Darc, c'était de l'histoire ancienne, un nom qui évoquait vaguement Taxi Girl dont on ne connaissait déjà que le titre "Cherchez le garçon". Puis est arrivé ce "Crêvecoeur", disque bouleversant d'une résurrection inattendue, brillament mise en musique par Frédéric Lo. Cicatrices fièrement arborées, difficile de ne pas être touchée par cette voix fragile posée sur de lancinantes nappes de synthés. Ici, les titres "La pluie qui tombe" et une version live de "Jamais, Jamais".

 

 

midlake-cd.jpg95 : Midlake - The Trials
of Van Occupanther (2006)

Le choc est venu sur scène alors que Midlake jouait le titre "Roscoe" au Bataclan. Chose rare, la première partie des Flaming Lips et ses rythmiques et mélodies diaboliques obtenait même ce soir là un rappel. Et le meilleur, l'album "The Trials of Van Occupanther" était alors encore à venir. Avec leur goût pour une musique bucolique riche en guitares enlevées, les Américains tranchent avec le rock sombre et urbain adopté par une grande partie de leurs contemporains. On ne peut que leur en être reconnaissant à l'écoute donc de ce fulgurant "Roscoe" et de "Head Home".

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu