Avertir le modérateur

31/12/2011

Top albums 2011 : 1-5

 metronomy,jay-z,kanye west,peaking lights,the strokes,cunninlynguists

Ces douze derniers mois sont sortis des centaines et des centaines de disques différents, dont on a pris le temps d'écouter qu'une partie. Exercice traditionnel de la fin d'année, voici le classement des 50 albums qui m'ont le plus accompagné tout 2011 (pas des meilleurs donc), avec sans surprise une forte dominante pop-rock. On ne se refait pas. 

Bonne écoute,

KidB

Top 50 : 1) Metronomy - The English Riviera // 2) Jay-Z & Kanye West - Watch The Throne // 3) Peaking Lights : 936 // 4) The Strokes - Angles // 5) Cunninlynguists - Oneirology // 6) Baxter Dury - Happy Soup // 7) The Weeknd - House of Balloons // 8) Still Corners - Creatures of an hour // 9) Radiohead - The King of Limbs // 10) Daniel Darc - La Taille de mon âme // 11) Gil Scott-Heron & Jamie XX : We're New Here // 12) Smith Westerns - Dye it Blonde // 13) Nicolas Jaar - Space is only noise // 14) Real Estate - Days // 15) Puro Instinct - Headbangers in ecstasy // 16) Wu Lyf - Go Tell fire to the mountain // 17) Ghostpoet - Peanut Butter Blues & Melancholy Jam // 18) Girls - Father, Son, Holy Ghost // 19) Destroyer - Kaputt // 20) Yuck - Yuck // 21) James Blake - James Blake // 22) Washed Out - Within and Without // 23) Toro y Moi - Underneath the Pine // 24) Salem - King Night // 25) The Soft Moon - Soft Moon // 26) Discodeine - Discodeine // 27) PJ Harvey - Let England Shake // 28) Arctic Monkeys - Suck it and See // 29) Dark Dark Dark - Wild Go // 30) Atlas Sound - Parallax // 31) Mohini Geisweller - Event Horizon // 32) Gonzales - The Unspeakable Chilly Gonzales // 33) Anna Calvi - Anna Calvi // 34) Theophilus London - Timez are weird these days // 35) Cat's Eyes - Cat's Eyes // 36) Woods - Sun and Shade // 37) Housse de racket - Alesia // 38) The Pains of Being Pure at Heart - Belong // 39) The Roots - Undun // 40) Black Lips - Arabia Mountain // 41) The Kills - Blood Pressures // 42) Alex Beaupain - Les Bien aimés // 43) Blood Orange - Coastal Grooves // 44) Noel Gallagher - High Flying Birds // 45) Emika - Emika // 46) Feist - Metals // 47) The Horrors - Skying // 48) François & The Atlas Mountain - E Volo Love // 49) The Rapture - In The Grace of Your Love // 50) TV on the radio - Nine Types of Light

5060107728172.jpg1 : Metronomy -
The English Riviera 

Déterminer notre album favori de 2011 n'a pas été bien difficile tant on a écouté cette année The English Riviera de Metronomy. Bien plus finalement que n'importe quel autre disque. "Everything Goes My Way", "Corinne", "The Bay", "The Look", "She Wants"... le groupe britannique aligne les tubes pop en puissance avec une facilité déconcertante. Et si le sentiment de lassitude commençait un peu à poindre cet automne, c'était pour mieux replonger cet hiver dans ses productions sophistiquées à la douce mélancolie et aux refrains entêtants, magnifique incitation à la rêverie.


watch-the-throne-cover.jpg2 : Jay-Z & Kanye West -
Watch the throne

Boursouflé, imparfait, trop long... Watch The Throne n'en enregistre pas moins la rencontre au sommet de deux des artistes les plus créatifs des années 2000. D'un côté, Jay-Z et son impressionant flow affûté comme la plus dangereuse des lames, de l'autre, Kanye West et sa science poussée du sample et des beats. Surtout, l'album s'impose comme le meilleur emblème des années Obama, où l'Amérique noire parvenue au pouvoir questionne à la fois son passé trouble, son présent insensé, son futur incertain. Un disque aux saillies drolatiques ("I might even make my son be republican, so everybody know he love white people" sur "New Day") qui colle parfaitement au talent et à la démesure de ses deux génies.  


76266_10150311839315710_172619390709_15912714_3514413_n.jpg3 : Peaking Lights - 936

936, le deuxième album de Peaking Lights, s'est imposé à nous de manière détournée. C'est en laissant vagabonder notre iTunes en mode aléatoire que l'on est tombé sous le charme d'un des morceaux du disque, puis d'un autre, sans tout de suite faire le rapprochement entre les deux. De l'incroyable et pourtant si simple ballade bucolique "Hey Sparrow" aux huit minutes dub et psychédéliques de "Birds of Paradise", il y a un monde, que le duo franchit allégrement et avec un incroyable talent. Le reste du disque vacille entre ses deux pôles, inventant au passage une pop électronique à la rafraichissante étrangeté. 


TheStrokes_ANGLES_cover.jpg4 : The Strokes - Angles

C'était sans doute un des albums les plus attendus de l'année. Après cinq ans de pause et d'insistantes rumeurs de dissensions, que resterait-il des Strokes ? Réponse : dix véritables pépites. Angles, leur quatrième disque, regorge ainsi de mélodies rock anguleuses, d'envolées lyriques fougueuses, de structures sophistiquées et surtout d'une classe pleine de morgue portée par le chant singulier de Julian Casablancas. Les rockeurs new-yorkais qui avaient participé à rendre les guitares de nouveau cool au début des années 2000 n'ont donc rien perdu de leur mordant le temps d'un album compact, bâti comme une increvable machine de guerre.


3345141714-1.jpg5 : Cunninlynguists - Oneirology

En 2011, on a de nouveau (et pour toujours ?) attendu en vain le Detox de Dr Dre puis on s'est largement consolé en découvrant le rap racé des Américains de Cunninlynguists. Le cinquième album du trio, Oneirology, décrypte en long et en large la notion de rêve, les cauchemars du quotidien prenant vite le pas sur les fantasmes. Le flow est rageur alternant comme chez The Streets ou Kanye West avec des intermèdes vocaux plus doux (samples, choeurs, featuring...). Mais surtout, ce sont la plume trempée dans le social et les productions ambitieuses du combo qui font ici la différence et font de Cunninlynguists un des groupes les plus essentiels entendus cette année, tous genres confondus.

10/03/2011

Petit angle sur le nouvel album des Strokes

precommande-the-strokes-angles-L-VO4XzO-2.jpg

Plus que quelques jours à attendre pour la sortie du nouvel album des Strokes, "Angles", mais déjà beaucoup de choses à entendre sur la Toile : en courts extraits ou en format plus long. Mais aussi à lire, comme cette interview accordée aux Inrocks. Petite revue des premiers morceaux à écouter dans l'ordre de leur future apparition sur le disque.

KidB

Machu Picchu :

Under Cover of Darkness :

Two Kinds of Happiness :

You're so right :

Taken for a fool :


Games :

Call Me Back :

Gratisfaction :

Metabolism :

Life is Simple in the Moonlight :

30/12/2009

Top 100 des années 2000 : 16-20

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, les titans. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 16-20.

KidB

animal.jpg16 : Animal Collective -
Merriweather Post Pavilion (2009)

Dès janvier dernier, on savait qu'on tenait là un des plus beaux disques de l'année. "Merriweather Post Pavilion" des Animal Collective ou onze chansons de pop électronique survitaminées et toujours aussi azimutées. Le psychédélisme bat son plein dans cet album liquide, ouvert sur la nature et les atmosphères organiques. Ici, les titres "My Girls" et "Bluish".

 

white-chalk-cover.jpg17 : PJ Harvey -
White Chalk (2007)

Après avoir démarré la décennie sur les chapeaux de roue avec le très réussi "Stories from the city, Stories from the sea", PJ Harvey a livré avec parcimonie quelques albums studio ou autres remarqués dont ce magnifique "White Chalk" où elle laisse pour la première fois la place principale aux sentiments en adoptant le piano. Un nouveau registre aussi troublant que bouleversant. Ici, les titres "The Piano" et "To Talk to you".

 

room-on-fire.jpg18 : The Strokes -
Room on fire (2003)

Si comme tout le monde on a été séduit par le premier album des Strokes "Is This it" et ses influences très Velvet Underground, c'est leur deuxième essai "Room on fire" qui est laissé le plus longtemps sur notre platine. Injustement éreinté par le groupe lui même, le disque contient de belles pépites pop rock alliant guitares et synthés. Outre le tube "The end has no end", on appréciera "Reptilia" et "Meet me in the bathroom".

 

8680-a-ghost-is-born1.jpg19 : Wilco -
A Ghost is born (2004)

Avec l'album "A Ghost is born", les Américains de Wilco étaient devenus pour nous en 2004 de véritables héros du rock américain sachant allier, à la manière de Neil Young, douceur folk et envolées de guitares électriques. Si à nos yeux, aucun de leurs disques n'a atteint à nouveau de tels sommets, "A Ghost is born" lui n'a pas pris une ride. Ici, les titres "At least that's what you said" et "Hell is chrome".

 

favourite_worst.jpg20 : Arctic Monkeys -
Favourite worst nightmare (2007)

Après un premier album phénomène, les Arctic Monkeys ont prouvé qu'ils avaient de sacrées ressources avec ce "Favourite Worst Nightmare". Plus pop, ce deuxième disque confirmait les talents de songwriter d'Alex Turner et la forme énergique du combo capable de passer d'un rock endiablé à une ballade à pleurer. Ici, les titres "Fluorescent Adolescent" et "505".

18/11/2009

Un clip, un jour #43

The Strokes - Someday

The NME a rendu son verdict. Si l'hebdomadaire britannique ne devait garder qu'un seul album de la dernière décennie, ce serait "Is This It" des Strokes. Un disque, sorti en 2001, qui il est vrai avait permis le retour à la mode d'un rock urbain, mélodique et tranchant. "Up the Bracket" des Libertines et le génial "XTRMNTR" de Primal Scream complètent le podium. The White Stripes, les Yeah Yeah Yeahs, Radiohead, Arcade Fire et toujours The Libertines arrivent chacun à se placer deux fois dans le Top 50. "Two Dancers" des Wild Beasts est le seul disque de 2009 à intégrer le palmarès. Pour fêter tout ça, séquence nostalgie avec le "Someday" des Strokes, mis en image par Roman Coppola.

KidB

13/11/2009

Julian Casablancas, un très bon coup

juliancasablancasphraze.jpg

Julian Casablancas – Phrazes for the young (J’AIME : A la folie)

A la toute première écoute de « Phrazes for the young », l’album solo du chanteur Julian Casablancas, on a un peu l’impression d’avoir à faire à une monstrueuse affaire discount : les Strokes pour le prix d’un. Là où ses acolytes se sont tous lancés dans des expériences bien différenciées du son du groupe new-yorkais, star des années 2000, lui semble parfaitement assumer l’héritage.

« Phrazes for the young » évolue donc au sein d’un territoire rock défini par un alliage jubilatoire de guitares agressives et de synthés accrocheurs, sur fond ici de boîtes à rythmes. Une formule dont la réussite tient aussi à ce mélange de détachement cool et de blessure à vif affecté par la voix de Julian Casablancas. Avec en plus ce supplément d’âme qui fait parfois défaut aux Strokes.

Cathartique et devastateur

Car le chanteur semble ici vider ses tripes dans huit morceaux aux allures cathartiques. Julian Casablancas y aborde ouvertement ses problèmes avec l’alcool et l’embourgeoisement de New York sur la belle et lancinante ballade « Ludlow St. ». « Out of the blue », placé en ouverture, peut se lire comme une terrible confession sur la dégradation de ses relations avec ses proches : «Those who helped me along the way /I smacked them as I thanked them / Yes I know I'm going to hell in a leather jacket. »

Perdant un peu en puissance de feu par rapport aux Strokes, Casablancas compense très largement par un surcroit d’inventivité dans l’instrumentation (l'arpège en ouverture de « The Tourist ») comme au niveau des structures (les ponts de « Glass »). « 4 Chords of the Apocalypse » est une merveille à l’ancienne qui rappelle les grandes heures de John Lennon. « River of Brakelights » et son refrain accéléré est un des titres les plus devastateurs entendus cette année. Quant à « 11th Dimension » et sa mélodie au synthé, il n’a pas fini de nous faire danser tout l’hiver. Avec ça, elle va être belle la jeunesse.

KidB

11th Dimension :

River of brakelights :

4 Chords of the apocalypse :

 

06/11/2009

Un clip, un jour #32

The Strokes - Heart in a cage

Une des bonnes nouvelles de la semaine a été la sortie du premier album de Julian Casablancas, le chanteur des Strokes. En attendant un quatrième album du combo new-yorkais, star des années 2000, on retrouve ici la vidéo de "Heart in a cage", extrait de leur dernier disque, réalisée par Samuel Bayer. Julian Casablancas s'y retrouve littéralement face contre terre.

KidB

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu