Avertir le modérateur

02/02/2011

Les White Stripes rayés de la carte, pas des coeurs

The+White+Stripes.jpg

Death letter. L'annonce du jour des White Stripes a de quoi nous filer le blues. Le groupe "voudrait annoncer qu'en ce 2 février 2011, il met un terme officiel à sa carrière aussi bien sur disque que sur scène." Le message : Jack et Meg sont en pleine santé, mais aimeraient préserver "ce que The White Stripes a de beau et de spécial".

Fer de lance, avec The Strokes notamment, d'un renouveau médiatique du rock au début des années 2000, le groupe a perfectionné de 1999 à 2003, une formule binaire ultra-efficace faite de riffs de guitares aussi éraillés que la voix de Jack et d'une rythmique simple et dynamique. Résultat : de nombreux hymnes d'un blues remis au goût du jour comme Astro, You're Pretty Good Looking, Fell in love with a Girl ou Hotel Yorba. Et une approche pensée jusque dans l'esthétique du groupe déclinant à l'envie le rouge et le blanc.

Puis vint le sacre Elephant et le riff le plus célèbre de ses dix dernières années. Seven Nation Army, géniale chanson transformée de manière un peu étrange en hymne de stade. Mais aussi les guitares acérées de Ball and Biscuit ou de Black Math, l'entêtante rythmique de The Hardest Button to Button ou la douceur d'In The Cold, Cold Night.

Le temps de l'ouverture

Ensuite, rien en fut plus jamais vraiment pareil. The White Stripes chercha avec intelligence et une certaine finesse à ouvrir son univers à de nouvelles influences, déconstruire le son qu'il avait pris quatre ans à forger. D'abord sur Get Behind Me Satan (2005), puis de manière encore plus manifeste sur Icky Thump (2007). Pari louable et seul tenable artistiquement, mais qui marquera également le léger déclin du groupe malgré de nombreuses belles réussites comme le viguoureux Blue Orchid ou le véneneux A Martyr For My Love For You.

Ces jours-ci, un autre artiste majeur des années 2000, Mike Skinner, alias The Streets, annonce sa retraite estimant que tout ce qu'il pourrait faire aujourd'hui n'aura jamais la fraicheur de ses deux premiers disques. Nul doute qu'une même intégrité artistique habite la décision de The White Stripes.

Pour nous consoler, rappelons-nous : "La beauté de l'art et de la musique réside dans leur capacité à durer pour l'éternité si les gens le veulent ainsi". Jack & Meg

KidB

22:54 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : the white stripes

29/12/2009

Top 100 des années 2000 : 21-25

Top 100 de mes albums favoris des années 2000, on ne s'arrête pas là. Pour rappel, seule contrainte, on a préféré limiter le nombre d'entrées par artiste à deux, histoire de ne pas se retrouver avec toute la discographie de Radiohead. Aujourd'hui, les places 21-25.

KidB

klaxons-myths-of-the-near-future12.jpg21 : The Klaxons -
Myths of the near future (2007)

La vague fluo a déferlé sur l'année 2007 emmenant avec elle un drôle de groupe britannique adepte d'un mélange de pop et d'électronique très dancefloor. Les Klaxons inventaient là la musique de ce début de XXIe siècle, festive, fragile, remuante. De quoi en avoir plein la tête et plein les jambes avec un petit vernis de noirceur pour tenir le tout. Ici, "Atlantis to Interzone" et "As above so below".

 

white_blood_cells.jpg22 : The White Stripes -
White Blood Cells (2001)

Figures de proue et précurseurs du retour en grâce du rock à guitare, les White Stripes se démarquent par leur attachement à des musiques plus anciennes comme le blues, remises ici au goût du jour à coup de gros riffs électriques. Plus qu'"Elephant" et son indémodable "Seven Nation Army", on préfère le précédent "White Blood Cells" et ses seize pépites accrocheuses comme "Fell in Love with a girl" et "The Union Forever".

 

antony-crying_light-album_art.jpg23 : Antony and the Johnsons -
Crying Light (2009)

Après le succès du lacrymal "I am a bird now", Antony a récidivé cette année avec un nouvel album tout aussi beau, distingué et en phase avec les préoccupations du moment, à savoir le déréglement de la planète. La voix androgyne du chanteur y est toujours aussi troublante et bouleversante et les arrangements aussi soignés. Ici, les titres "One dove" et "Her eyes are underneath the ground".

 

thom-yorke-the-eraser-365177.jpg24 : Thom Yorke -
The Eraser (2006)

Non content d'être le chanteur d'un des groupes les plus célébrés de la planète, Thom Yorke est aussi l'auteur d'un des albums électroniques les plus remarqués de la décennie. On retrouve sur "The Eraser" toutes les obsessions du Britannique et son goût pour les vocalises touchantes. Un disque électronique qui parvient à prendre aux tripes et à toucher au coeur. Ici, les titres "Harrowdown hill" et "Black Swan".

 

benjamin-biolay-superbe-L-1.jpeg25 : Benjamin Biolay -
La Superbe (2009)

Avec son dernier double album "La Superbe", sorti cet hiver, Benjamin Biolay a prouvé qu'il savait tout faire, maniant tous les genres (pop, rock, electro, hip hop) et tous les tons avec envie et délectation. Une démonstration de force entêtante qui plonge en plein dans nos faiblesses et offre au passage un des plus beaux titres de l'année avec "Ton Héritage", accompagné ici de "Brandt Rhapsodie" en duo avec Jeanne Cherhal.

15/10/2009

Un clip, un jour #10

The White Stripes - I just don't know what to do with myself

Michel Gondry nous les avait associé à un monde enfantin plein d'insouciance à l'aide de légos et de motifs répétés à l'infini, Sofia Coppola nous les ramène à l'âge adulte. La vidéo du titre "I Just don't know what to do with myself" des White Stripes se résume à une simple danse. Mais pas avec n'importe qui. C'est la mannequin Kate Moss qui est ici à la baguette devant la caméra de la réalisatrice de "Lost in Translation".

KidB

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu