Avertir le modérateur

23/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 1-5

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 1-5.

KidB

arcade-fire-the-suburbs-nouvel-album-image-368864-article-ajust_650.jpg1 - Arcade Fire :
The Suburbs

Il y a tout juste douze mois, j'élisais ici même Funeral d'Arcade Fire comme mon disque préféré des années 2000. Belle fidélité donc pour le groupe canadien qui après le plus downtempo mais réussi  Neon Bible marque définitivement un grand coup avec The Suburbs. Plus riche que leurs disques précédents, l'album s'étend sur seize plages qui dessinent de passionnants territoires (la banlieue, l'adolescence...) et de grands sentiments. Peu de groupes manient aujourd'hui avec une telle maestria l'intime et le collectif. Un feu qu'on rêve de voir brûler encore bien des années.

 

National+High+Violet.jpg2 - The National :
High Violet

Difficile parfois pour nos groupes préférés de répondre aux attentes démesurées que l'on a à chaque album. Heureusement depuis Alligator, The National se donne beaucoup de peine pour ne pas nous décevoir. High Violet est ainsi un modèle d'album urbain dense, sombre, plein de petites peurs et d'énergie. Le groupe new-yorkais s'est aventuré dans des zones plus floues et plus flottantes encore que sur leurs disques précédents. Et reste à tout jamais le grand maître de la névrose contemporaine. Ah oui, et Matt Berninger reste quand même la plus belle voix que l'on connaisse au monde. Rien que ça.

 

MyBeautiful-DarkTwistedFantasy-300x300.jpg3 - Kanye West :
My Beautiful Dark Twisted Fantasy

On faisait partie des quelques fervents défenseurs de la parenthèse désenchantée 808's & Heartbreak, un de nos deux disques préférés de la précédente décennie (rien que ça). On ne boudera pas ce retour à la flamboyance et à la démesure d'un des artistes les plus doués de sa génération. Avec My Beautiful Dark Twisted Fantasy, Kanye West écrit le futur de la pop piochant ses sons chez des artistes aussi variés qu'Aphex Twin, Public Enemy et King Crimson. Un disque totalement jouissif, sans aucune limite, qui met (à peu près) tout le monde d'accord. 

 

mgmt_congratulations_cover.jpg4 - MGMT :
Congratulations

Avec leur premier album Oracular Spectacular, MGMT avait tout flambé. Porté par quelques tubes pop totalement géniaux ("Kids", "Time to pretend"...), le disque s'était fait connaître comme une traînée de poudre avant de quitter nos platines. Réussi, mais un poil vite lassant. Pour leur deuxième essai, Congratulations, sorti au printemps, l'effet fut exactement l'inverse. Un peu décontenancé mais séduit au début, l'album n'a cessé de grandir en nous tout au long de l'année et fait partie aujourd'hui de ces quelques disques qu'on ne se lasse toujours pas d'écouter. Car cette fois, le duo hype a soigné la construction de ces morceaux et ses mélodies offrant à l'auditeur une richesse de détails et de virages, là où jusqu'ici il se contentait d'une bonne vieille ligne droite. Un voyage des plus étranges et des plus passionnants. Congratulations !

 

pochettebeachhouse.jpg5 - Beach House :
Teen Dream

Il y a les disques brillants, fascinants, intelligents, et ceux (qui ont un peu de tout ça) dont on tombe amoureux. Dès la première écoute. Comme un coup de foudre. Teen Dream, troisième album du duo Beach House, est de ceux qui font naître comme cela des élans passionnés à coups d'hymnes pop sensuels et cotonneux. Le disque dessine de grands paysages tout en couleurs, portés par la troublante voix androgyne de Victoria Legrand et des choeurs chaleureux. Teen Dream souffle ainsi le chaud et le froid avec bonheur. Il nous tient à coeur de le défendre avec ardeur.

22/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 6-10

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 6-10.

KidB

hotchiponelifestandalbum.jpg6 - Hot Chip :
One Life Stand

Over and over, on a écouté cette année l'album One Life Stand des Hot Chip. Car les Britanniques ont publié de loin leur disque le plus abouti à ce jour. Une pop électronique entêtante pleine de gimmiks de synthés et de voix et cette manière toujours plus perfectionnée d'amener une bonne dose de mélancolie sur les dancefloors. La tristesse durera toujours.

 

foals_album_cover.jpg7 - Foals :
Total Life Forever

Deuxième essai et coup de maître pour les britanniques de Foals. Total Life Forever déborde d'ambition, de sentiments ambigus, de guitares entêtantes, de textures enivrantes et d'accélérations fulgurantes. Un chaos pop rock parfaitement maîtrisé à la manière de montagnes russes qui remueraient corps et âme. Mention spéciale à la chanson "Spanish Sahara", un des sommets de cette année.

 

Two%20Door%20Cinema%20Club-Irlande.jpg8 - Two Door Cinema Club :
Tourist History

Voilà quelques années que les compilations Kitsuné servent de pistes de tremplin à de jeunes groupes inconnus à l'aide de tubes mélangeant pop à reprendre en choeur et rythmiques bonnes pour les pieds. Two Door Cinema Club est de cette école là. Et les Irlandais ont retenu la recette. Leur premier album Tourist History compile ainsi dix tubes en puissance. Une force de frappe assez insolente pour un groupe aussi jeune peu enclin à se servir du frein à main.

 

Fortune-Staring%20at%20the%20ice%20melt.jpg9 - Fortune :
Staring at the ice melt

Nos chouchous français de 2010 sont donc Fortune. Leur premier album Staring at the ice melt est un petit bonheur de production de pop synthétique qui nous a donné envie de danser toute l'année, confirmant au passage la réussite de leur single Bully. Un disque virevoltant et sensuel enchaînant les titres plus accrocheurs les uns que les autres. On n'a pas fini de fondre pour eux.


The-Hundred-In-The-Hands.jpg

10 - The Hundred in the hands :
The Hundred in the hands

Un grand merci à The Hundred in the Hands de nous avoir rappelé cette année à quel point le rock pouvait encore être quelque chose de sexy et d'excitant. Le duo new-yorkais propose un détonant mélange de mélodies pop polies et de sonorités un peu crades, par peur de l'ennui de la perfection. Les chansons de leur premier album sont variées, portées avec charisme par Eleanore Everdell. Tout sonne juste. Leurs possibilités semblent illimitées.

21/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 11-15

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 11-15.

KidB

Vampire-week-end-contra.jpg11 - Vampire Weekend :
Contra

Attendu au tournant après un premier essai encensé de toutes parts, Vampire Weekend a répondu d'une brillante manière trimballant sa pop aussi bien vers la légèreté des caraïbes, le soleil de Californie que l'énergie urbaine de New-York. Le tout avec intelligence, le goût des sentiers peu rebattus et une énergie communicative sur disque comme sur scène.


FlorentMarchet_Courchevel.jpg12 - Florent Marchet :
Courchevel

Héros de tous les perdants, les moyens, ceux dont on n'aime pas trop parler, Florent Marchet creuse un peu plus son sillon dépressif avec Courchevel. Il y est question de morts, de déclassement, de licenciement. Bref, un des rares exemples de chansons réellement en prise avec la réalité sociale sans jamais perdre de vu ce qu'il y a de plus humain en chacun de nous. Les orchestrations sont fines et enjouées, les textes bouleversants.

 

midlake-the_courage_of_others.jpg13 - Midlake :
The Courage of others

Comme venue d'un autre temps, la pop de Midlake offre à nous des trésors de beauté insoupçonnés. The Courage of Others confirme la talent des Texans pour toucher droit aux choeurs avec simplicité. Choeurs, flutes et superbes guitares suffisent à créer ce supplément d'âme qui fait de Midlake un des rares groupes d'aujourd'hui dont la musique nous élève. De plus en plus haut.

 

cocorosie.jpg14 - Cocorosie :
Grey Oceans

On passera sur la pochette, d'une laideur sans nom, pour se concentrer sur la musique. Avec Grey Oceans, Cocorosie continue de nous sortir d'incroyables pépites de son coffre à jouets. Et notamment de belles confrontations entre la douceur d'un piano et des sonorités plus électroniques. La mystique, elle, est toujours là dans l'enchevêtrement de ces deux voix. Une drôle de disco féerique qui traverse la large palette des sentiments que le monde a à nous offrir, du plus enjoué au plus douloureux.

 

HALCYON-DIGEST-575x567.jpg15 - Deerhunter :
Halcyon Digest

Deerhunter confirme qu'il fait aujourd'hui parti de la cour des grands. Deux ans après le génial Microcastle vient donc Halcyon Digest, riche voyage à travers des textures mi-aquatiques mi-noise vers un drôle de pop rock légèrement teinté d'électronique. L'ensemble se tient avec brio et un mélange de fragilité et d'assurance qui nous fait fondre jusqu'à un bel hommage au regretté Jay Reatard décédé en janvier, "We Would Have Laughed".

20/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 16-20

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 16-20.

KidB

Sufjan-Stevens-The-Age-Of-Adz-Album-Art.jpg16 - Sufjan Stevens :
The Age of Adz

Retour en forme et en force pour Sufjan Stevens. Le génie pop américain a sorti en cette fin d'année un brillant E.P. suivi de ce The Age of Adz où ses mélodies limpides se frottent à d'étranges textures électroniques. Son univers s'en retrouve métamorphosé comme transporté vers un futur où humains et machines cohabitent en harmonie pour offrir une écriture mutante renouvelée. Sans perdre une once de son âme.

 

cpwoc.jpg17 - Phantom Buffalo :
Cement Postcard With Owl Colours

Si l'on devait expliquer pourquoi la pop de Phantom Buffalo reste confinée à un tel niveau de confidentialité, on serait bien embêté. Toutes guitares dehors, le groupe américain offre une nouvelle fois avec Cement Postcard With Owl Colours d'entêtantes mélodies profondément touchantes. Le genre d'amis qu'on a envie de prendre par l'épaule pour le remercier d'être là et lui murmurer au creux de l'oreille que tout ira bien. Adoptez-les, vous n'aurez pas à le regretter.

 

four_tet_there_is_love_in_you.jpg18 - Four Tet :
There is love in you

Tout a commencé avec la chanson "Sing" qui dès l'introduction vous happe pour vous recracher heureux six bonnes minutes plus tard. Ensuite vint le reste et voilà que There is love in you s'impose comme le meilleur album électronique de l'année. L'Anglais Kieran Hebden fait chanter les machines avec grâce variant à loisir les rythmes, les formats, les textures et les ambiances. Avec amour comme le dit le titre. Une maîtrise de son art qui fait du bien aux oreilles.

 

lcd-soundsystem-london-sessions.jpg19 - LCD Soundsystem :
London Sessions

LCD Soundsystem a sorti cette année un nouvel album réussi This is happening, mais surtout proposé à peu près ce qui pouvait se faire de plus performant en terme de live. James Murphy et sa bande ont donc mis le feu sur scène un peu partout cet été avant d'enregistrer cette London Sessions. Le résultat n'est bien sûr pas tout à fait à la hauteur des shows, mais il donne une idée de cette incroyable maîtrise du groove et de la manière dont James Murphy tient la barre haranguant la foule. Un beau témoignage.

 

Warpaint-The-Fool.jpg20 - Warpaint :
The Fool

Les Américaines de Warpaint n'ont jamais cherché la facilité. Leur musique dense avance doucement à travers de douces déflagrations de guitares et de rythmiques. Plus que la pure mélodie, c'est une certaine idée du groove qui se déploie ici. Un psychédélisme alangui par la chaleur des voix qui prennent progressivement le dessus, s'élèvent. Un rock sombre et tordu donc qui offre bien des présents à qui sait les chercher.

19/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 21-25

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 21-25.

KidB

Ivory-Tower-pochette.jpg21 - Gonzales :
Ivory Tower

Véritable compétiteur, Gonzales tient sa revanche. Alors que son précédent album Soft Power avait beaucoup dérouté avec son crédo pop cheesy des 70's, Ivory Tower a été reçu cette année avec un bel enthousiasme. Mérité tant ce mélange de compositions pop au piano mêlées d'électroniques à l'aide de la fine production signée Boys Noize resplendit. Gonzales y mêle tout ce qu'il a appris jusqu'ici de manière parfaitement digérée. Un syncrétisme musical émouvant qui nous amène un peu plus loin dans le XXIe siècle.

 

cover_crop-copie-6.jpg22 - The Bewitched Hands :
Birds & Drums

Quelques années qu'on l'attendait et Birds & Drums, premier album des Français de The Bewitched Hands n'a pas déçu. Le groupe a pris le temps de peaufiner sa maîtrise collective d'un pop rock qui laisse la part belle aux guitares et aux choeurs. Le disque déploie ainsi toute une palette de sentiments des plus tristes aux plus enjoués, avec toujours une énergie folle qui tire l'ensemble vers le soleil. Au final donc, pas loin d'être ce qui s'est fait de mieux par chez nous cette année.

 

CRYSTAL_CASTLES_II_PACKSHOT_JPG(1).jpg23 - Crystal Castles :
II

Il nous a fallu un peu de temps pour nous convertir au son azimuté des Canadiens de Crystal Castles, mais depuis aucun retour en arrière n'est possible, ni voulu. Surtout depuis la sortie de l'album II aux compositions électroniques encore plus maîtrisées et entêtantes que sur le premier essai du duo. Le combo a ainsi un peu délaissé les incessantes ruptures de rythmes pour un résultat presque plus pop malgré les nombreuses distorsions et effets. La voix d'Alice Glass s'y épanouit à merveille. Définitivement un groupe qui compte.

 

delano_orchestra_now_that_you_are_free_my_beloved_love.jpg24 - The Delano Orchestra :
Now That You Are Free My Beloved Love

Si l'on avait bien un regret pour cette fin d'année 2010, c'était de ne pas avoir pris le temps de parler du nouvel album de The Delano Orchestra. Avec Now That You Are Free My Beloved Love sorti cet automne, les Français s'imposent comme un groupe de rang international capable de jouer dans la cour des plus grands. Il n'y a qu'à écouter ce son chargé de guitares, ses compositions en forme de brillantes montagnes russes, ce chant tendrement plaintif pour s'en persuader. A ce rythme de progression, dur de dire où ils vont s'arrêter.

 

HaveOneOnMe-300x300.jpg25 - Joanna Newsom :
Have one on me

Laura Marling, Hindi Zahra, Karen Elson, Madjo... Les jeunes chanteuses ont brillé cette année, mais peu ont atteint le niveau d'excellence de Joanna Newsom. L'Américaine a livré avec Have one on me pas moins de dix-huit longues compositions réparties sur trois CD. Il est peu de dire donc qu'on n'a pas fini d'en faire le tour même si on a d'emblée était frappé par la belle fragilité de cet ensemble bucolique. Pour partie simplement accompagnées d'une harpe, ses compositions semblent comme sur le point de tomber ou s'évaporer d'une seconde à l'autre. De l'émotion pure.

18/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 26-30

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 26-30.

KidB

flying-lotus-cosmogramma-1-508x508.jpg26 - Flying Lotus :
Cosmogramma

Attention à ne pas se vriller quelques neurones. Avec son nouvel album Cosmogramma, Flying Lotus propose un patchwork de sons, de textures et de rythmes au sein de compositions électroniques aussi courtes que démesurées. Un bouillon de vie comme peu sont sortis cette année autour d'un univers touffu, sombre et urbain. Presque une galaxie à lui tout seul. Immense.

 

thedrums.jpg27 - The Drums :
The Drums

Le plus conservateur des groupes pop de l'année, mais pas le moins brillant. The Drums s'est fixé un drôle de programme : composer un disque où les chansons se ressembleraient toutes, faites avec les mêmes instruments, dans les mêmes tons, mais au final quand même différentes. Un art de la contrainte payant à écouter "Let's Go Surfing", "Best Friend" ou "Forever and amen". Une pop faussement joyeuse et vraiment adolescente. Ca mérite bien quelques roulements de tambours.

 

booba-lunatic-2010.png28 - Booba :
Lunatic

Le roi de la punchline frappe encore et ses coups sont affûtés. Booba pousse très loin sur Lunatic ses étranges collages aussi bien d'images que de sons piochant dans diverses langues et références culturelles d'aujourd'hui. Les thématiques tournent parfois un peu en rond mais peignent le portrait d'un personnage plus complexe que le cliché gangsta auquel il est souvent réduit. Les prods, elles, virent très électroniques pour un résultat glaçant.

 

Zola_Jesus_-_Stridulum_II_-_Cover.jpg29 - Zola Jesus :
Stridulum II

Noir, c'est noir, mais que d'espoirs. La pochette de l'album de Zola Jesus donne le ton, on n'est pas là pour rigoler. Sa pop de chambre faite de quelques percussions et notes de synthés minimalistes laisse toute la place aux envolées de sa voix pour porter avec gravité l'absence, la folie, la nuit. Puis peu à peu, au milieu de toute cette noirceur, d'improbables lueurs de beauté emportent le morceau. Un talent très singulier.

 

pe-caribou-swim.jpg30 - Caribou :
Swim

Si l'on devait ne choisir qu'un seul mot pour décrire Swim de Caribou, ce serait sans doute : catchy. Le Canadien donne des atours sacrément accrocheurs à ses compositions électro-pop qui cherchent moins à nous remuer les pieds qu'à se loger pour de très longues heures dans nos têtes. Elles se permettant pourtant d'étranges chemins de traverse, amenant ça et là des cordes, des ponts plus inattendus. Une belle inventivité.

17/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 31-35

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 31-35.

KidB

Tricky - Mixed race.jpg31 - Tricky :
Mixed Race

Le retour en forme se confirme pour Tricky. Après le déjà très bon Knowle West Boy sorti en 2008, le Britannique va droit à l'essentiel avec Mixed Race, soit dix chansons d'une durée dépassant rarement les trois minutes et brassant un spectre musical des plus larges flirtant avec l'électro, le rock, la world music et la pop. Tricky y replonge de manière touchante dans ses racines britanico-jamacaïne et son adolescence passée pas loin de petits voyous. Un des plus passionnants citoyens du monde.

 

Chew-Lips-Unicorn.jpg32 - Chew Lips :
Unicorn

Trio électro-pop, Chew Lips a fait le choix payant pour son premier album Unicorn de s'éloigner des dancefloors pour proposer une musique plus longue en bouche. Celle-ci se construit donc autour du charisme de la chanteuse Tigs et de productions très fines, délaissant le côté froid des machines pour aller vers d'entêtantes mélodies presqu'un peu soul. Si on ajoute à cela quelques refrains bien sentis, on finit avec une des belles révélations de cette année.

 

the-roots-how-i-got-over.jpg33 - The Roots :
How I Got Over

Autre bel exemple d'un rap parti s'ouvrir ailleurs comme par peur d'étouffer : The Roots. Avec How I Got Over, le génial groupe de Philadelphie fait une nouvelle fois la démonstration de son intelligence, de sa maîtrise instrumentale et de la force de son flow. C'est ici le piano qui vient apporter un peu de douceur à un disque touchant de fragilité comme sur ce "Dear God 2.0" porté par la voix de Jim James de My Morning Jacket. On ne s'en est pas encore totalement remis.

 

trentemoeller.jpg34 - Trentemoller :
Into the Great Wide Wonder

En 2005, son premier album The Last Resort avait marqué les esprits de nombreux amateurs de musique électronique. Cinq ans plus tard, Into The Great Wide Wonder de Trentemoller suit exactement le même chemin. Entre-temps, la musique, elle, a bien évolué. Moins pur et dur, le Danois dessine ici des paysages bien en chair aidé sur une partie des morceaux de guitares et de voix féminines sensuelles. Envoûtant.

 

wild-nothing-gemini-cover-art.jpg35 - Wild Nothing :
Gemini

Bienvenue dans l'univers sensible de Jack Tatum, alias Wild Nothing. Sur son premier album Gemini, l'Américain se fait orfèvre d'une pop sombre et cotonneuse, parfaite pour accompagner nos longues nuits d'insomnie. On s'y arrête au détour d'une mélodie pour jouer du xylophone. On y tape dans les mains avant d'enchaîner sur une comptine électronique. Un doux foutoir qui à écouter de jour est très bien aussi.

16/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 36-40

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 36-40.

KidB

troy.jpg36 - Troy Von Balthazar :
How To Live on Nothing

Ecrire une bonne mélodie pop, c'est du talent. En aligner une quinzaine sur un même album, c'est de la folie. L'Américain Troy Von Balthazar s'en sort plus que très bien avec son album How To Live on Nothing dont les mélodies peuvent certaines nuit trotter des heures dans notre tête. Sans aucun doute, un des disques les plus sous-estimés de cette année. A vous d'écouter, il n'est pas trop tard pour succomber.

syd-matters-brotherocean.jpg37 - Syd Matters :
BrotherOcean

De Minitel Rose à Cocoon, l'ocean a largement inspiré la pop française cette année. Avec beaucoup de bonheur dans le cas de Syd Matters. Le groupe propose avec Brotherocean un album d'une belle finesse enrichie de choeurs entraînants. Les guitares voguent de manière délicate vers un univers fait de rêverie et de tendresse. Une fausse simplicité à toute épreuve. On plonge.

 

00-kid_cudi-man_on_the_moon_2_the_legend_of_mr__rager-(web)-2010.jpg38 - Kid Cudi : Man on the Moon II,
The Legend of Mr Rager

Beaucoup pensait le rap dans une impasse tant la mode gangsta avait usé le genre. C'était sans compter sur l'émergence de personnalités hors-normes (Kanye West...) et de nouveaux talents originaux. Parmi eux, Kid Cudi qui a sorti à l'automne son second album Man on the Moon II : The Legend of Mr Rager. Plutôt que de simples beats, le rappeur pose son flow tranchant sur des instrumentations mêlant le rock, la pop ou l'électronique. Un univers sombre qui ne demande qu'à s'épanouir.

 

alizee-cover10.jpg39 - Alizée :
Une enfant du siècle

Belle métamorphose que celle d'Alizée, ex-Lolita pour ados reconvertie en égérie warholienne par les producteurs du label électro Institubes. L'aventure était risquée, le résultat n'a pas convaincu tout le monde, mais les chansons d'Une enfant du siècle n'ont cessé de nous accompagner depuis des mois. Le tout notamment grâce aux géniales productions de Chateau-Marmont et la manière brillante avec laquelle Alizée arrive à les habiter. On est curieux de la suite.

 

NEIL YOUNG & LE NOISE.jpg40 - Neil Young :
Le Noise

Depuis quelques années, les albums de Neil Young sont accueillis avec respect, enthousiasme pour quelques morceaux, puis disparaissent des mémoires à l'approche des tops de fin d'année. Le Noise, livraison 2010, pourrait déroger à la règle. Aidé du producteur Daniel Lanois, le Loner y fait de nouveau des étincelles avec un son de guitare très beau et très brut auquel il faut ajouter deux déchirantes ballades acoustiques. Du chaos et des larmes qui nous vont droit au coeur.

15/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 41-45

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. Les places : 41-45.

KidB

LP4_cover.jpg41 - Ratatat :
LP4

On ne cessera ici de clamer haut et fort notre admiration pour la musique de Ratatat, ce duo installé à New York qui a su créer son propre son à l'aide d'une guitare, d'un clavier et tout un tas d'effets. Loin d'être répétitive, cette signature se déploie toujours plus loin comme sur les treize morceaux de ce LP4 qui font aussi appels à des cordes et des percussions orientales. Ratatat, le bon son d'aujourd'hui.

Minitelrose.jpg42 - Minitel Rose :
Atlantique

Décomplexés les petits Frenchy, eh ouais ! Avec son premier album Atlantique, Minitel Rose délaisse un peu au placard les références années 1980 de ces premiers EP pour prendre le large. Le résultat est tubesque et festif à souhait à coups de bons gros gimmicks de synthés et de refrains accrocheurs. Un disque dont on n'a pas fini de faire le tour dans les salons comme dans les dancefloors.


best-coast-crazy-for-you-cover-art.jpg43 - Best Coast :
Crazy for you

Go West, young boy ! Et donc la critique rock redécouvrit en 2010 la Californie et ses hymnes pop rock pleins de choeur et de sueur. A commencer par ceux de Best Coast qui surfent avec brio sur une certaine naïveté adolescente portée par la voix troublante de Bethany Cosentino. Deux minutes douche comprise. "I Wish he was my boyfriend..." .

 

innerspeaker_cover_12--_2.jpg44 - Tame Impala :
Innerspeaker

La tendance est au retour du psychédélisme. Ce qui ne peut que nous réjouir quand on écoute les Australiens de Tame Impala. Leur rock entêtant se déploie avec majesté sur leur premier album Innerspeaker sorti par Modular. Et plutôt que de se laisser aller à de longues envolées de vingt minutes sous acide, le combo a eu la bonne idée de se restreindre à des formats restreints. Plus de cinquante ans plus tard, une des meilleures réponses au Revolver des Beatles.

 

Stromae - Cheese - cover.jpg45 - Stromae :
Cheese

Il y a d'abord un des gros tubes de l'année, "Alors on danse". Mais pas que. Le Belge Stromae s'est imposé comme une des belles révélations de 2010 à coup d'hymnes désespérés sur des instrumentations dance auxquelles il est très difficile de résister. La combinaison qui tue.

14/12/2010

Top 50 de l'année 2010 : 46-50

Chaque année sortent des centaines et des centaines de disques différents, dont on a le temps d'écouter qu'une partie. Beaucoup nous laissent indifférent, certains nous étonnent et quelques uns nous accrochent, pour quelques jours, de longs mois, voire plusieurs années. Voici donc le classement des 50 albums qui m'ont accompagné tout 2010. A commencer par les places 46-50.

KidB


big-boi-sir-lucious-left-foot-the-son-of-chico-dusty-hq.jpg46 - Big Boi :
Sir Lucious Left Foot, The son of Chico Dusty

Autre sortie de l'été, le nouvel essai solo de Big Boi, moitié d'Outkast. De quoi apporter un peu de soleil sur un univers rap plus habitué aux atmosphères sombres. Le rappeur déploit sur Sir Lucious Left Foot..., un flow accrocheur mais surtout des instrumentations plus que réjouissantes balayant pop, électronique et world music. Un univers flamboyant, riche et ouvert donc signé d'une personnalité atypique du rap.

 

the-magic-numbers-the-runaway-2010.jpg47 - The Magic Numbers :
The Runaway

C'est au coeur de l'été que nos nounours britanniques préférés ont sorti leur troisième album passé largement inaperçu. Dommage tant le disque recelait quelques belles mélodies romantiques à pleurer comme le combo sait si bien les faire. Avec The Runaway, les Magic Numbers s'imposent un peu plus comme les étendards d'un romantisme un peu mièvre, mais si délicat, choeurs et tendres guitares à l'appui. Ce qui n'est vraiment pas pour nous déplaire.

marvin_cover.jpg48 - Marvin :
Hangover The Top

Si le trio français peine encore à trouver de l'écho au-delà de la presse spécialisée, c'est pas faute de balancer du lourd à l'image du très réussi Hangover The Top. Peu de groupes d'ici ont aujourd'hui ce sens du riff qui fait mal, de la mélodie qui vrille les neurones et des rythmiques qui tapent. Avec humour. Du rock instrumental hautement recommandable.

 

hollymiranda452.jpg49 - Holly Miranda :
The Magician's Private Library

David Sitek, des TV on the Radio, a le chic pour orchestrer des univers précieux pour de jeunes femmes à la voix étrange. Après s'être occupé de Scarlett Johansson, c'est Holly Miranda qu'il a révélé cette année à nos oreilles. Et il faut dire que le premier disque de l'Américaine est de toute beauté avec ses instrumentations fines sur lesquelles se pose le grain un peu gras de la voix d'Holly Miranda. Une porte ouverte à de très beaux rêves.

 

Yann_Tiersen-Dust_Lane.jpg50 - Yann Tiersen :
Dust Lane

On avait un peu laissé le Breton de côté, encore catalogué dans nos têtes comme l'instrumentiste mignon de la BO d'"Amélie Poulain". C'était sans compter sur la sortie cet automne de l'album Dust Lane, disque vigoureux marquant un virage un peu plus rock et plus sombre. Le tout sans perdre la délicatesse qui fait le sel de son univers. Bref, du très bel ouvrage.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu